Archives

Lifestyle

Audi Q3 Sportback, un SUV qui décoiffe

26 novembre 2019

On ne présente plus le Q3, bestseller des SUV Audi et véritable bijou de technologie. Plus compact et plus sportif, la gamme Audi s’est récemment encore étoffée avec petit nouveau : le Q3 Sportback ! Et c’est près de Valence – en Espagne – que j’ai pu tester le 1er SUV coupé du constructeur aux anneaux.

 

 

À peine arrivé sous le soleil de la Costa Blanca et la douane passée, une dizaine d’Audi Q3 Sportback nous attendent sur le parking de l’aéroport. Mes premières impressions sont positives, la ligne paraît beaucoup plus dynamique, voir agressive par rapport au Q3 : ça s’annonce bien !

 

 

Une version haut de gamme du Q3

 

 

Je vous avoue que j’étais terriblement impatient de poser mes mains sur ce volant et de mettre à l’épreuve ce SUV aux allures sportives.

Pour la 1ère étape du road trip, direction le Parc naturel de l’Albufera, un écrin naturel protégé situé à 20 km au sud de Valence. Entre les zone humides du lac, les sentiers de randonnée et les nombreux hérons, le Q3 Sportback se fraye aisément un chemin.

 

 

 

Sur les petites routes du parc naturel, le comportement de ce Q3 Sportback est à l’image de son aspect : sportif. Le maintient de route est optimal et les mauvais revêtements de la route sont vraiment bien filtrés.

À savoir que – pour le moment – le Q3 Sportback offre le choix entre 2 motorisations essences et 2 motorisations diesel, ainsi que 4 finitions : Q3, Design, S Line et Business Line. En shootant le véhicule, je me rends compte que le toit – plus fuyant que sur le Q3 classique – gagne nettement en dynamisme.

 

 

 

 

Pit stop à l’Arrocería Duna pour y déguster une paella, quasiment les pieds dans le sable.

 

 

 

Puis, retour sur les pistes pour s’attaquer aux belles routes vallonnées de l’arrière-pays de la Costa Blanca. Les virages s’enchaînent et, dans les plus serrés, le Q3 Sportback fait preuve d’une belle agilité.

 

 

 

Un habitacle moderne et une conduite dynamique

 

 

 

En fin de journée, nous arrivons à l’hôtel Vivood, un superbe établissement à l’architecture durable, en parfaite harmonie avec l’environnement et les montagnes environnantes.

 

 

 

Développé par l’architecte Daniel Mayo, on a l’impression de dormir en pleine nature. La vallée est extrêmement silencieuse, les lumières du soleil depuis la chambre sont sensationnelles et vous aurez même une vue panoramique (sans vis à vis) depuis la douche !

 

 

 

Le lendemain matin – après un délicieux petit déjeuner – retour aux choses sérieuses pour une seconde journée d’essai de l’Audi Q3 Sportback. Direction Serra Mariola, dans les montagnes de l’arrière-pays. L’itinéraire proposé est canon et il permet d’apprécier – encore une fois – la bonne tenue de route de ce Q3 coupé.

 

 

 

 

Une fois sur l’autoroute – à 120 km/h – aucun bruit parasite ne vient couvrir la playlist : une belle performance acoustique.

 

 

 

 

De série, le Q3 Sportback bénéficie de l’instrumentation 100% numérique pour une expérience de conduite ultra personnalisée. En jetant un œil au cockpit, on retrouve quasiment l’aménagement du Q3. En effet, le virtual cockpit est toujours présent, tout comme l’écran tactile au centre de la planche de bord.

Coup de cœur pour MMI navigation +, le service en ligne d’Audi connect qui est disponible à bord. Grâce à cette technologie, on peut obtenir des informations sur la circulation en ligne, sur les places de stationnement et sur la recherche de sites d’intérêt.

Mais le must reste la communication Car to X qui affiche une vitesse recommandée personnalisée ainsi que le temps restant jusqu’au prochain feu vert dès lors que le conducteur est arrêté à un feu rouge.

 

 

 

Le Q3 Sportback fait le plein de technologie

 

 

 

Autre nouveauté, la présence d’Alexa (l’assistant personnel virtuel d’Amazon) qui permet au conducteur de passer des commandes ou d’obtenir des informations en temps réel : la cerise sur le gâteau.

 

 

 

Avant de rejoindre l’aéroport, direction Valence. Sur place, passage obligé à la Cité des Arts et des Science, constituée de plusieurs bâtiments à l’architecture étonnante et qui sont devenus les symboles de la ville.

 

 

Sachez qu’en entrée de gamme, il faudra compter 37 300 €, le Q3 Sportback ayant une dotation plus généreuse que son petit frère.

Avec ce Q3 Sportback, Audi frappe un grand coup dans le segment des SUV premium. Performant sur les longues distances ou en tout-terrain, dans son élément en ville comme en montagne, ce SUV s’annonce déjà comme un succès.

 

Article réalisé en collaboration avec Audi

Travel

5 bonnes raisons d’aller découvrir Minorque

4 novembre 2019

Situé au large des côtes espagnoles, Minorque – la plus septentrionale des îles des Baléares – est un territoire de 700 km² préservée du tourisme de masse. Plus petite que Majorque, plus paisible qu’Ibiza, l’île s’est tournée vers le tourisme que tardivement.

Au delà de son côté préservée, Minorque se démarque clairement de ses voisines puisque ce petit paradis vert a été déclaré “réserve mondiale de la biosphère” par l’Unesco en 1993 (à savoir que quasiment 50% du territoire est protégé).

 

 

 

Une île secrète et encore cachée des Baléares

 

 

 

Les paysages minorquins sont également fascinants, riches et variés. Au sud, les pinèdes se dressent au dessus des falaises de calcaire qui plongent dans une eau transparente. Au nord – plus sauvage –  la végétation, l’argile rouge et le sable jaune colorent le paysage, souvent déchiqueté. Et au centre de l’île, les plaines sont remplies de champs, d’oliviers, de pins et partout de murets en pierre sèche.

 

 

Minorque fut, de tous temps, sous domination étrangère. Les Grecs, romains, maures, britanniques et même français se sont vus posséder l’île. Chaque civilisation y a donc laissé des traces et certaines bribes de culture.

 

 

Minorque, un mini-paradis en Méditerranée

 

 

Paradisiaque, l’île reste à taille humaine puisque vous pourrez rallier Ciutadella à Mahon (situés d’un bout à l’autre de l’île) en 1 heure. Et si vous devez retenir une chose à propos de Minorque, c’est la tranquillité omniprésente : vous trouverez toujours un endroit seul face à la nature.

 

 

Quand partir ? Je ne peux que vous conseiller l’automne puisqu’on y trouve des plages quasiment désertes et des eaux cristallines dépourvues de touristes. De plus, en septembre/octobre les températures sont encore agréables et l’eau plutôt chaude, après avoir chauffée tout l’été.

 

 

Comment s’y rendre ? Depuis Paris, Minorque est à seulement 1h30 de vol et s’impose comme une destination week-end. De nombreuses compagnies aériennes (Vueling, Easy Jet pour ne citer qu’eux) propose des billets compétitifs toute l’année.

 

 

De retour d’un week-end prolongé sur cette magnifique île, je vous ai préparé un “island guide“. Minorque a franchement tout pour séduire et je vous le prouve en 5 bonnes raisons !

 

Des plages incroyables

Avec de nombreuses côtes vierges et sauvages, Minorque possède un littoral de rêve : près de 200 plages dont 131 composées de sable.

 

 

Sachez qu’à Minorque, les plus belles plages et criques se méritent. Peu urbanisées, il faut être prêt à marcher pour s’y rendre. Mais bon – comme on dit – les beaux paysages, ça se mérite ! Rassurez-vous, certaines sont beaucoup moins isolées et tout aussi jolies.

 

 

Minorque et son paradis bleu

 

 

Les plages du sud sont indéniablement les plus belles, grâce au combo sable fin et eau turquoise. Elles s’appellent Cala de Son Vell, Cala Es Talaier, Cala en Turqueta, Cala Macarella, Cala Macarelleta, Cala Mitjana, Cala Trebaluguer… et tant d’autres noms encore.

 

 

Du bleu à l’infini

 

 

Mon coup de coeur restera la Cala En Turqueta, qui n’a presque rien à envier aux Caraïbes. Pour s’y rendre, 10 minutes de promenade à l’ombre des pins suffisent. La plage ressemble à une demi-lune qui ouvre sur une calanque aux eaux opalines. Bronzage, snorkeling, baignade… tout est possible.

Allez, je vous invite à prendre un peu de hauteur pour admirer les plages que j’ai pu découvrir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des bijoux architecturaux

Minorque, c’est aussi 7 phares qui parsèment l’île. Construit pour rendre la navigation sûre, ils sont répartis sur les points les plus stratégiques de l’île, au nord et au sud. Je vous recommande d’aller en voir quelques uns afin d’avoir une vue complète de Minorque.

 

 

Le phare du Cap d’Artrutx – à seulement 20 minutes en voiture de Ciutadella – est certainement le plus beau. Reconnaissable à ses bandes blanches et noire, rappelant les rayures marines, il est inscrit au patrimoine historique de Minorque depuis 2005. Situé à 45 mètres au dessus du niveau de la mer, il est devenu un spot trusté pour les couchers de soleil.

 

 

Visiter les phares, c’est découvrir un peu de l’histoire de l’île

 

 

Plus difficile d’accès, le phare de Punta Nati mérite tout autant une visite. Au milieu d’un paysage quasiment lunaire, ce phare – construit à la demande des français – est protégé par d’anciennes constructions militaires. Le chemin d’accès pour s’y rendre traverse un désert aride de pierres où les moutons sont rois.

 

 

Enfin, sur la route pour Ciutadella – depuis Mahon – nous avons découvert une autre curiosité architecturale intéressante : Binibequer Vell. Construit en 1972 pour recréer un ancien village de pêcheur, le dépaysement y est assuré. Les ruelles labyrinthiques étroites, le blanc omniprésent vous plonge dans l’ambiance d’un village des îles de Cyclades.

 

 

 

 

Des villes séduisantes

La majeure population de Minorque se concentre sur Ciutadella et Mahon.

 

 

La capitale – Mahon – mérite le détour puisqu’elle se trouve à même pas 10 minutes de l’aéroport. Il est agréable de s’y promener 2 à 3 heures pour y admirer le port, la cathédrale et ses quelques monuments historiques. Résolument tournée vers la Méditerranée, Mahon a la fierté de détenir le plus grand port naturel du coin. Prenez le temps de vous balader à travers les ruelles gorgées de soleil !

 

 

 

 

 

 

Ciutadella est sans conteste la plus belle des villes de l’île de Minorque. C’est d’ailleurs en plein centre de celle-ci que nous avons posé nos valises, dans le charmant petit hôtel 5 Fars. Coup de coeur pour les petites chambres si mignonnes et le petit déjeuner de compétition !

 

 

 

La vieille ville est classée monument historique

 

 

 

Autrefois capitale de l’île, Ciutadella possède d’un charme fou avec son dédale de ruelles et de petites places désertes. L’intérieur de la vieille ville est très coloré avec de nombreuses façades aux couleurs acidulées, des ruelles pavées et des édifices de charme.

 

 

 

 

 

 

Démarrez la visite par la Plaça des Born pour vous engouffrer dans la ruelle qui mène à la cathédrale de Santa Maria, un édifice gothique construit au XIIème siècle. Perdez-vous ensuite dans les nombreuses ruelles pour admirer les anciens palais et maisons seigneuriales datant du 17ème et 18ème siècle.

 

 

 

Dirigez-vous enfin vers le marché local où se situe le marché aux poissons et de nombreux exposants de fruits et légumes nichés sous les arcades.

 

Des lieux insolites

A l’est de Ciutadella, se trouve un site fabuleux du nom de Lithica. Cette ancienne carrière de pierre – où l’on a extrait pendant plus de 200 ans une roche appelée marés – vous permet de découvrir un jardin botanique et deux labyrinthes. Ce lieu unique est parfait pour les familles. Arrivé sur site, la vue en contrebas de l’immense labyrinthe est assez incroyable. Prêtez-vous au jeu pour y atteindre son centre.

 

 

 

 

Si il y a bien un spot – immanquable – en matière de coucher de soleil sur Minorque, c’est bien le bar Cova d’en Xoroi. Situé au sud de Mahon, le bar suspendu a été construit à flanc de falaise, dans des grottes naturelles qui surplombent la mer. De jour, c’est un bar à cocktail et de nuit le lieu se transforme en discothèque. Prendre un cocktail au soleil couchant avec vue sur l’immensité de la mer Méditerranée, c’est quand même plutôt canon !

 

 

 

 

Une gastronomie gourmande

Au delà de ces magnifiques plages, Minorque recèle de nombreux trésors gastronomiques. L’île est surtout connue pour avoir inventé la mayonnaise. On attribue généralement la découverte par les français de cette dernière à la prise de Mahon.

 

 

Basée sur un régime méditerranéen, la gastronomie minorquine puise ses recettes à travers les produits de la campagne et de la mer. Si – comme moi – vous êtes un aficionados de fromage, vous ne pourrez pas quitter Minorque sans goûter au fromage Mahón, une spécialité locale délicieuse.

 

 

Pour les amoureux du gin, je vous recommande le gin local Xoriguer, hérité de la conquête anglaise. Enfin, vous ne pourrez pas passer à côté de l’ensaimada – la fameuse brioche artisanale typique des Baléares – qu’elle soit nature ou fourrée.

En terme de bonnes tables, l’île propose un large choix d’adresses gourmandes. Quelque soit votre budget, vous y trouverez certainement votre bonheur !

 

 

 

Parmi l’une des plus populaires de la cuisine locale, je citerai l’Alcaufar Vell, un hôtel-restaurant rural situé dans une demeure seigneuriale du XVIIIe siècle. Le restaurant fusionne passé et présent sans renoncer à l’essence de la cuisine minorquine : une réussite.

 

 

 

Sur Ciutadella, je vous recommande Comida Rte. S’Amarador et sa jolie terrasse située sur le vieux port. La cuisine méditerranéenne y est gourmande et les plats copieux.

 

 

 

 

Enfin, pour terminer en beauté votre séjour, foncez au Torralbenc y cena, une très belle adresse nichée au milieu des vignes. L’établissement est très élégant, le service aux petits soins et les plats sont élaborés à base de produits locaux et de saison. La maison produit elle même son vin qui est délicieux. Un vrai coup de coeur !

 

 

 

 

Contrairement à ses sœurs Majorque ou Ibiza, cette île confidentielle a su préserver tranquillité et sérénité. Moins convoitée que ses voisines, Minorque regorge de belles plages, adresses culinaires, paysages bucoliques, monuments historiques et autres curiosités. Forte de son identité si particulière, elle devrait devenir l’une des prochaines destinations tendances. Bienvenue à Minorque !

 

Article réalisé en collaboration avec l’Office de tourisme de Minorque

Lifestyle

Une virée parisienne en Peugeot Pulsion

3 novembre 2019

On ne va pas se mentir, les déplacements en scooter à Paris c’est une vraie liberté ! Et puis c’est so parisien. Alors quand j’ai eu l’opportunité de tester le dernier-né de chez Peugeot ScooterPeugeot Pulsion – j’ai sauté sur l’occasion.

Très attendu et lancé en grande pompe lors du Mondial de Paris en octobre 2018, il est devenu le scooter GT référence des urbains connectés ! Explications.

 

 

La marque du lion sort les griffes !

 

 

Hyper simple à prendre en main – idéal pour un débutant – on sent immédiatement qu’il a été fait pour la ville. La ligne est élégante, les finitions parfaites et l’intégration des équipements joliment réalisée.

Fabriqué en France et plus précisément à Mandeure, le Peugeot Pulsion arbore fièrement un petit écusson tricolore. Et il a bien raison puisque quasiment l’ensemble des pièces qui le composent sont françaises. Cocorico !

Il faut savoir que ce 125 cc est le fruit d’une étroite collaboration entre la branche motocycles et automobile de chez Peugeot. D’ailleurs, on retrouve cette touche esthétique dans les signatures lumineuses full leds notamment.

 

 

Un design inspiré des modèles automobiles

 

 

Le Peugeot Pulsion se veut d’une grande maniabilité en ville et après seulement 10 minutes de conduite, je valide complètement. Sur le terrain citadin, il se faufile avec précision, freine parfaitement. Le Peugeot Pulsion bascule également très bien lorsqu’on lui demande de tourner, il est vraiment très stable en virage. Côté puissance, c’est amplement suffisant pour un usage citadin : les feux, ralentisseurs, priorités à droite, passages piétons et la circulation dense nous obligeant à ne pas dépasser les 50km/h.

Sur la route, les amortisseurs arrière sont efficaces sur les pavés. Et vu l’état limite de la chaussée de plusieurs axes que je prends régulièrement (Concorde, Invalide, etc), c’est un soulagement.

 

 

La ville est son territoire de prédilection

 

 

Sur voies rapides, le Pulsion s’en sort également bien. Sa vitesse maximum de 110/120 km/h est suffisante pour un moteur 125 cm3.

 

 

Étant plutôt grand, je dois dire que l’espace pour les jambes est suffisant et les pieds trouvent facilement leur place naturelle (à plat ou allongés). La position ergonomique du scooter permet également une conduite plus détendue.

Mais la grande nouveauté de ce modèle, c’est le système i-Connect ! Et oui, le Peugeot Pulsion dispose d’un écran connecté avec GPS. L’écran TFT de 5 pouces propose des infos très complètes avec notification des sms et des appels, le tout encadré par un compteur et compte-tours. Sachez qu’il est entièrement personnalisable (couleurs, informations). Et bien sûr, tout cela reste très sécurisé puisque les notifications de votre téléphone – par exemple – ne se lise qu’à l’arrêt (don’t text & drive).

 

 

L’application est téléchargeable sur Apple Store ou Google Play. Pour connecter votre smartphone au Pulsion, c’est plutôt simple. Vous n’aurez qu’à vous créer un compte, télécharger la carte de France et activer le bluetooth.

 

 

Le Pulsion est une belle réussite

 

 

Cerise sur le gâteau, la smartkey permets un démarrage sans clé. L’ouverture de la trappe à essence et de la selle s’effectue par poussoirs électriques. Et concernant cette dernière, elle permet de loger un casque modulable et un sac à dos sans soucis. Pour ceux qui sont toujours dans le rouge, la petite boîte à gants – située à gauche du tablier – intègre une prise USB pour recharger vos smartphones.

À noter que le Peugeot Pulsion dispose également d’un allumage automatique des warnings en cas de freinage d’urgence et que son moteur – linéaire et agréable – est assez silencieux. L’autre bonne raison d’opter pour ce 125 cc, c’est qu’il est peu consommateur d’essence et largement assez véloce pour des déplacements seul ou à deux.

 

 

Vous êtes également citadin et à la recherche d’un scooter urbain et connecté ? Sachez que trois modèles sont proposés, la version Active (sans la connectivité), la version RS (celle que je teste) et la version Allure (pare-brise haut et support top-case notamment).

Garanti 2 ans, il est accessible au permis A1 (permis 125) ou B moyennant une formation de 7 heures. Bonne route !

 

Article réalisé en collaboration avec Peugeot Scooter

Travel

5 bonnes raisons de s’envoler vers l’île des Pins

21 septembre 2019

Imaginez des plages de rêve, une île sauvage, un lagon merveilleux, des fonds marins riches d’une biodiversité unique et des décors spectaculaires : bienvenue à l’île des Pins, joyau de l’océan Pacifique ! A près de 16 000 km de la France, j’ai découvert un des lieux les plus touristiques de la Nouvelle-Calédonie, et l’une des plus belles îles du monde.

 

 

Et pourtant, bien que touristique, l’île des Pins n’a absolument pas perdu son authenticité et son âme. Le développement touristique est maîtrisé et les mélanésiens très accueillants.

 

 

L’île des Pins est un lieu à visiter absolument dans sa vie

 

 

Bercé par un climat tropical océanique, ce petit bout de terre magnifique – qui se rapproche sans doute le plus du paradis – est situé à environ 110 km de Nouméa, en pleine mer de corail. Découverte par le capitaine Cook en 1774, elle mesure uniquement 14 kilomètres sur 18 kilomètres.

 

 

L’île est très connue pour ses pins colonnaires spectaculaires et cette petite perle du Pacifique est un site naturel inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, rien que ça !

 

 

Vous êtes en mal de bleu turquoise et de sable blanc ? Vous hésitez à vous y rendre ? Ca tombe plutôt bien car je vous ai préparé un petit guide sur cette île incroyable. La preuve par cinq !

 

Séjourner à l’Oure Tera, face à l’océan

Cet hôtel 4 étoiles situé dans la baie de Kanumera, est un véritable havre de paix ! Au milieu d’une forêt de cocotiers, l’hôtel dispose d’une trentaine de bungalows modernes et spacieux.

 

 

 

 

Une fois à l’intérieur, la chambre est très spacieuse, confortable et décoré avec soin. On apprécie la grande baie vitrée face à la plage, qui permet d’admirer l’océan depuis son oreiller.

 

 

 

 

Le copieux et délicieux petit déjeuner (sucré et salé) est servi quasiment les pieds dans l’eau, devant la plage. Levez-vous tôt pour choisir les meilleures places et admirer la vue qui s’offre à vous. Et que dire du dîner, très créatif et avec un service irréprochable !

 

 

 

 

La baie de Kanuméra, qui abrite l’hôtel, à la particularité d’avoir un rocher tabou, qui est donc interdit d’accès.

 

 

 

La plage de l’hôtel est très belle et vous pourrez prendre votre transat à l’ombre des cocotiers. L’Oure Tera met également à disposition gratuitement des paddles, kayaks et masque de plongée pour aller explorer la baie de Kanumera.

 

 

 

 

Et côté PMT, ça vaut le coup d’oeil. En bref, c’est le lieu idéal pour votre séjour sur l’île des Pins !

 

Se prélasser à la piscine naturelle de la baie d’Oro

De l’autre côté de l’île se trouve un spot spectaculaire : la piscine naturelle. Nichée dans la baie d’Oro, vous y trouverez une multitude de poissons tropicaux, de jolis coraux et de beaux bénitiers multicolores.

 

 

 

 

Pour y accéder, vous devrez d’abord traverser à pied la rivière de sable. La promenade est très belle, avec de l’eau cristalline bordée de pins colonnaires : une vraie merveille. Arrivé à l’embouchure et la piscine d’Oro se dessinera sous vos yeux.

 

 

 

Un dégradé de bleus, des pins verts tout autour et du sable blanc immaculé

 

 

 

 

Installez votre serviette face à la “piscine“, pour alterner entre baignades et farniente. Puis prenez votre masque / tuba pour un snorkeling inoubliable. L’eau transparente est vraiment parfaite pour du PMT et pour observer la vie sous-marine : c’est un aquarium à ciel ouvert.

 

 

 

 

Protégée de l’océan par des formations rocheuses, c’est le genre d’endroit où la nature donne lieu à des mélanges uniques. Petit conseil pour éviter les foules, essayez d’arriver tôt le matin ou à partir de 15h.

 

Voir un coucher de soleil dans la baie de Kuto

La plage de Kuto, composée de cocotiers et de sable pur blanc, offre de superbes couchers de soleil. Comment imaginer qu’un sable blanc aussi fin puisse exister ?

 

 

Cette baie, en forme de croissant, offre un superbe cadre pour une baignade dans ses eaux turquoises et transparentes. Quoi de mieux qu’une sieste au son du roulis des vagues ?

 

 

De nombreux bateaux de plaisancier viennent s’y amarrer et on comprend vite pourquoi. Après une belle après-midi dans la baie ou en rentrant de votre excursion du jour, ne manquez pas le coucher de soleil.

 

 

Un coucher de soleil somptueux

 

 

On pourrait passer des heures à regarder ce spectacle, tant la nature est belle.

 

S’aventurer sur les îlots des alentours

Il ne serait vraiment de concevable de quitter l’île sans être sorti en mer pour découvrir les nombreux îlots qui entourent l’île des Pins. Et franchement, ça a été l’une de mes plus belles journées du séjour !

 

 

 

Et justement, de nombreux kanaks proposent des excursions à la journée à la découvertes de l’îlot Brosse et de l’îlot Moro.

 

 

Départ de la plage de Kanuméra, les pieds dans l’eau. Direction les eaux turquoises du lagon, le long des baies peuplées de pins colonnaires. A peine quelques minutes après notre départ, on aperçoit déjà des dauphins s’amuser avec les vagues artificielles créées par le bateau. Ensuite, on se jette à l’eau pour nager avec des tortues et des raies manta : c’est la fameuse séance de PMT !

 

 

 

On reprend ensuite notre chemin, direction l’îlot Brosse. Entouré d’une eau turquoise à perte de vue, cet îlot est tout simplement magnifique. Accueilli par de nombreux tricots rayés – les serpents locaux – l’île est complètement sauvage.

 

 

 

 

 

 

Une baignade plus tard, on se dirige vers le second spot de la journée : l’incroyable îlot Moro !

 

 

 

 

 

 

Sur place, on découvre un superbe “camp” emménagé avec des tables, nattes et autres coquillages.

 

 

 

 

Au menu, de la langouste évidemment mais aussi du poisson du lagon, des frites de manioc et du riz coco : un vrai délice !

 

 

Et après ce repas pacifique, place à une petite baignade au milieu des coraux multicolores.

Découvrir Vao et sa superbe baie

Pour découvrir l’ensemble de l’île, le meilleur moyen de transport reste le scooter. Une fois en route, partez  la rencontre des totems de la baie de Saint Maurice et prenez le temps de visiter le village de Vao avec son église et sa place du village.

 

 

Seul véritable village de l’île, Vao rassemble une partie de la population de l’île. Les cases et les maisons sont cachées derrière de beaux jardins fleuris et son église centrale mérite vraiment le détour. Surmonté d’un toit rouge, elle a été construire en 1860.

 

 

 

 

Une fois le village traversé, prenez la direction de la paisible baie de Saint Maurice. C’est ici qu’une statue commémorant la première messe réalisée sur l’île des Pins a été érigée. Entouré d’une palissade de totems de bois sculpté, elle est sublimée par les superbes couleurs du lagon en toile de fond.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ensemble des totems ont été érigés par les différents clans de l’île et chacun révèlent un visage et une expression différente. Des bois locaux le Houp, le Santal et le Gaiac ont été utilisés dans la confection de ces impressionnants totems. Préparez l’appareil photo !

 

 

 

 

Bref, vous l’aurez compris, l’île des Pins constitue un très bel aperçu des îles du pacifiques et je ne peux que vous recommander de partir découvrir de petit joyau aux 50 nuances de bleu.

Travel

3 bonnes raisons de passer un week-end iodé à Étretat

18 septembre 2019

Imaginez d’immenses falaises de craie blanche qui plongent à pic dans l’océan, des vaguelettes qui viennent lécher les plages de galet, des cris de goélands… Ouvrez les yeux, vous êtes à Étretat !

 

 

D’une beauté sans pareil, Étretat et ses falaises inspirent depuis des siècles de nombreux peintres et écrivains. Et on comprend vite pourquoi…

 

 

Situé à seulement 2h30 de route de Paris, la ville d’Étretat est une destination à découvrir le temps d’un week-end. Je vous recommande de vous y rendre pendant l’été indien, notamment pour éviter les foules des mois d’été.

 

 

« Si j’avais à montrer la mer à un ami pour la première fois, c’est Etretat que je choisirais ». Alphonse Karr

 

 

Sachez que ce paisible village Normand attire chaque année près d’un million de touristes par an. Autant vous dire que c’est un incontournable de la région.

 

 

Autrefois modeste port de pêche, Étretat est désormais l’une des destinations les plus prisées de Normandie. En cause, ses falaises mais pas que… Allez, direction la Normandie !

 

Flâner sur les imposantes falaises

 

Quand on arrive pour la première fois à Étretat, on est tout de suite envouté par ses falaises majestueuses. Façonnées pendant des milliers d’années par le vent et la mer, elles nous offre aujourd’hui un superbe spectacle.

 

 

Il existe d’ailleurs plusieurs manières d’approcher ces reines de beauté et le site des falaises se décompose en deux parties : les falaises d’amont, au nord, et celle d’aval, au sud du village !

 

 

Celle que je vous conseille, c’est la randonnée côtière partant de la porte d’aval pour de superbes panoramas. Préférez la fin de journée pour cette balade de 1h30, pour éviter le contre jour sur vos clichés. Hormis les 70 mètres de dénivelé, cette promenade ne nécessite pas de grands efforts.

 

 

Les différents points de vues sont aussi incroyables les uns que les autres

 

 

Ne manquez pas la fameuse aiguille, haute d’environ 50 mètres, qui serait creuse d’après de nombreuses légendes. C’est d’ailleurs dans le roman policier “L’aiguille creuse” de Maurice Leblanc, qu’Arsène Lupin en perce le secret.

Sous vos yeux, se dressera également la vision la plus célèbre d’Étretat, celle de cette arche dont Maupassant disait qu’elle “avait à peu près la figure d’un éléphant énorme enfonçant sa trompe dans les flots”.

 

 

La balade continue vers l’arche (la Manneporte) en longeant le golf d’Étretat. Ce sentier qui longe les falaises est un fabuleux terrain de jeux pour photographe et autres amateurs de sensation de vide. En fin de journée, la lumière dorée du soleil éblouit toutes les falaises de craie blanche et la mer arbore des couleurs émeraudes.

 

 

Pour les plus téméraires, lorsque la marée est au plus bas, sachez que vous pouvez passer par les plages et longer les magnifiques arches. D’en bas, on aperçoit aisément les strates et crevasses qui composent les falaises.

 

 

Une autre randonnée, tout autant belle, part explorer les falaises d’amont d’Étretat. A son sommet, vous y trouverez un panorama à couper le souffle sur les falaises et la ville toute entière. Perchée sur la falaise, on découvre également une petite chapelle de style néo-gothique livrée aux vents, la Chapelle Notre Dame de la Garde. Construite au milieu du 19ème siècle, elle est dédiée aux marins. Détruite en 1942 par l’armée allemande, elle a été reconstruite en 1950.

 

 

Sachez qu’il faut compter environ 1h aller-retour pour cette balade.

 

Découvrir le village et son jardin enchanteur

 

Si Étretat est surtout connue pour ses impressionnantes falaises, son centre-ville mérite néanmoins le détour. Enclavée dans son manteau d’albâtre formée la falaise d’aval et celle d’amont, Étretat se visite au grès des vents.

 

 

Baladez-vous entre les maisons datant de l’époque médiévale et celles au style anglo-normand. Et n’oubliez pas de passer aux halles qui abritait autrefois le vieux marché et qui, aujourd’hui, est composé de marchands artisanaux où vous pourrez trouver de petits souvenirs.

 

 

 

En son centre, vous trouverez également de belles adresses pour un déjeuner. Le restaurant Le Bel Ami est une valeur sûre à Étretat, on est bien accueilli dans ce petit temple de la bonne cuisine à l’ambiance sans chichi. Bistrot, bar à vins, cave et épicerie, Le Bel Ami joue sur tout les tableaux et c’est plutôt réussi. La cuisine, gorgée de soleil, est faite maison. L’addition est douce, les plats délicieux (la cuisine, gorgée de soleil, est faite maison).

 

 

“Ce que j’ai vu à Etretat est formidable” Victor Hugo

 

 

Après le déjeuner, entamez une balade digestive jusqu’aux Jardins d’Étretat. Avec ses allées aux airs de labyrinthe végétal, ces sculptures oniriques, ce lieu atypique et charmant est une véritable incitation à la rêverie. Il y a un petit côté Alice au Pays des Merveilles !

 

 

 

 

L’architecte paysagiste de réputation internationale, Alexandre Grivko, s’est inspiré de la flore du littoral normand pour y dessiner un parcours complexe et envoûtant de sculptures végétales. La collection d’art contemporain est composé en partie d’oeuvres permanentes.

 

Séjourner au Domaine Saint Clair – Le Donjon

 

Pour profiter au mieux d’Étretat, je vous conseille de poser vos valises au Domaine Saint Clair – Le Donjon, un élégant château qui surplombe la ville, avec à la clé l’une des plus jolies vue du coin.

 

 

 

Véritable coup de coeur, cet hôtel de charme style Belle Epoque fait face à l’anse d’Étretat et à la falaise d’aval.

 

 

 

Mais le Donjon n’est pas un hôtel classique : il a une âme. En 1862, sur des vestiges romains, le Donjon sort de terre sous la forme d’une imposante bâtisse anglo-normande.

 

 

 

 

 

Domaine privé, passé de main en main, il devient véritablement un établissement hôtelier quand la famille Abodib le rachète en 1978. En 2002, une villa balnéaire attenante est construite dans un style plus féminin pour accueillir davantage de clients.

 

 

Le Donjon se vit comme une expérience intense

 

 

Une fois l’entrée passée, l’enchantement est total, du patio (et son immense véranda) à votre chambre.

 

 

Concernant ces dernières (24 au total), elles ont toutes des noms tirés de personnages de romans, d’écrivain ou encore d’artistes célèbres profondément lié à Étretat : Arsène Lupin, Joséphine Baker…

 

 

Un autre avantage de séjourner au Donjon, c’est la possibilité de se détendre avec les soins et les massages que propose le Spa (et sa gamme de soin française Themae) de l’établissement. En solo ou en duo, laissez-vous aller entre les mains expertes des spécialistes, le tout dans une atmosphère apaisante.

 

 

 

 

Le matin, l’hôtel propose un superbe petit-déjeuner sucré-salé : l’idéal pour prendre des forces et commencer la journée.

 

 

 

 

En belle saison, vous pourrez également profiter de la piscine et des lits baldaquins avec vue sur la mer.

Si l’hôtel affiche complet, vous pourrez toujours prévoir de faire une halte pour un déjeuner raffiné ou un dîner gastronomique. Coup de coeur pour la salle de restaurant, ouverte sur la mer et décorée d’une grande fresque signée Jean-Charles de Castelbajac.

 

 

 

 

 

 

 

Côté cuisine, plusieurs menus dégustation se déclinent en 3, 5 ou 7 services. La plupart des produits travaillés proviennent de fournisseurs locaux et même du potager de l’hôtel, rien que ça ! Rajoutons que les plats sont de qualité, la carte des vins gigantesque et le service irréprochable. Céleri rôti de chez Albert, moules façon marinière, retour de criée, le chocolat Cluizel… Tout était parfait.

 

 

Niché au creux des hautes falaises de craie blanche, le village Normand d’Étretat vaut vraiment le détour ! Que vous soyez de passage ou en week-end prolongé, vous adorerez votre séjour à Étretat.

 

Article réalisé en collaboration avec le Domaine Saint Clair – Le Donjon

Travel

5 bonnes raisons de s’envoler pour les Îles Féroé

6 septembre 2019

Les îles Féroé, vous connaissez ? Imaginez des rochers taillés à la hache et perdus au milieu de l’Atlantique nord, une météo continuellement incertaine et des milliers de moutons.

Oubliées aux confins du monde, les îles Féroé ressemblent à une chaîne de montagnes que l’on aurait déposée sur l’océan. A mi-chemin entre l’Écosse et l’Islande, ces quelques cailloux perdus au milieu de l’Atlantique regorgent de paysages incroyables.

 

 

Pour le visiteur, le dépaysement est total. Entre les côtes déchiquetées et la nature sauvage, on découvre un monde perdu où les panoramas rivalisent avec l’intensité des éléments.

Encore préservée du tourisme, ces 18 îles de l’archipel féringien constituent une province autonome du royaume du Danemark. Souvent méconnues, ces îles ont pourtant été élues n°1 des « Best of the World » par le National Geographic en 2015 !

 

 

Pour les avoir foulées, ces terres vikings donnent une impression de bout du monde et de liberté incroyable. Cultivant leur mythe d’inaccessibilité, il existe encore peu de guides sur cette destination.

Côté météo, bien que le climat soit assez aléatoire, préférez la période de juin à septembre. Qui plus est, le soleil se couche tard et se lève tôt sur cette période estivale, ce qui permet de profiter pleinement des journées.

 

 

Y circuler ? Rien de mieux que la location de voiture pour un petit road trip ! Les routes sont très bien entretenues et les nombreux tunnels et pont permettent de rejoindre très aisément les différents points d’intérêt.

 

 

Comment s’y rendre ? La compagnie nationale féringienne Atlantic Airways propose depuis juillet 2019 le 1er vol direct depuis Paris CDG, une véritable aubaine pour les amoureux des îles du Nord ! Auparavant, il fallait forcément passer par Copenhague pour un stop-over mais aujourd’hui, 3 vols hebdomadaires directs (lundi, mercredi, vendredi) sont proposés au départ de Paris. Accessible en à peine 2h30 depuis Paris, l’aéroport de Vagar – entièrement rénové – a fière allure, avec de grandes fenêtres pour apprécier les paysages des îles avant de rentrer chez soi.

 

 

 

 

 

 

Allez, embarquez dans mon drakkar, je vous emmène à l’assaut de ces îles pour vous faire découvrir mes 5 coups de cœur si vous songez à y partir !

Gásadalur : un paysage de carte postale

Incontournable pour celui qui se rend aux îles Féroé, ce petit village isolé – situé au Nord-Ouest de l’île de Vagar – est un lieu d’une beauté incroyable. Longtemps isolé, un tunnel a été creusé en 2005 pour relier le village à la civilisation.

 

 

 

Depuis l’aéroport, le trajet pour s’y rendre est magnifique. Sur la route, ne manquez pas de vous arrêter au village de Bøur et allez faire un tour dans les montagnes surplombant la ville Sørvágur pour un superbe point de vue sur les fjords.

 

 

 

80.000 moutons pour 50.000 habitants

 

 

Arrivé à destination, la vue sur la cascade est incroyable, avec en toile de fond le petit village de Gásadalur. Les montagnes, les falaises infinies et cette cascade se jetant dans la mer en contrebas du village résument à merveille la beauté des paysages féringiens.

 

 

 

On peut rester des heures à admirer la plus célèbre chute d’eau des Féroé, qui se déverse majestueusement dans l’Atlantique le long d’impressionnantes falaises : hypnotisant.

 

Sørvágsvatn, un lac en lévitation au-dessus de l’océan

Toujours sur l’île de Vagar, l’une des autres attractions des îles Féroé c’est le lac Sørvágsvatn. Mondialement connu, ce lac offre une illusion d’optique incroyable où on a l’impression qu’il est juché au-dessus de l’océan.

 

 

 

Une petite randonnée – qui démarre près de la route qui relie Vágar et Miðvágur – permet de longer le lac pour accéder au célèbre point de vue. La balade – de plusieurs kilomètres – est sans difficulté particulière et elle est très agréable.

 

 

 

 

 

 

 

Une fois au sommet, le lieu est époustouflant où la terre et la mer se rejoignent sous les fracas des vagues. Avant d’emprunter le chemin du retour, allez faire un tour au bout du lac où les vagues ont créées des petites piscines naturelles.

 

Saksun, le village le plus photographié de l’île

Blotti au fond d’une anse et protégé de l’océan par les montagnes, Saksun est sans aucun doute le plus beau village des îles Féroé. Où que vous regardiez, vous verrez des petites maisons en toit d’herbe et des moutons.

 

 

 

 

 

 

 

 

Habité par 8 habitants, Saksun et ses maisons construites en 1600 est un véritable paysage de carte postale. L’herbe et la mousse poussent sur tous les toits, son église bordant le lagon est imposante. Bref, c’est un véritable coup de cœur.

 

Tórshavn, l’une des plus petites capitales au monde

Sur l’île Streymoy, on trouve la capitale des îles Féroé avec un peu plus de 12 000 habitants. Sa vieille ville – Tinganes – est remplie de jolies ruelles bordées de très vieilles maisons en bois et coiffées de toits en herbe. Y flâner vous fait retourner au temps des vikings venus coloniser ces cailloux perdus.

 

 

 

 

 

 

Autour du vieux port, la cathédrale vaut également le coup d’œil. Les nombreux restaurants et boutiques sont situés en bordure de port, et je vous recommande de pousser la porte d’un bar pour y déguster une bière locale avant la tombée de la nuit.

 

 

 

 

Pour votre séjour sur les îles Féroé, je vous recommande l’hôtel Føroyar, situé sur les hauteurs de Tórshavn. Son toit végétal, les superbes couchers de soleil depuis les chambres et son petit déjeuner copieux font de cet hôtel un superbe point de départ pour vos journées vadrouilles.

 

 

 

Gjógv, un village traversé par une faille spectaculaire

Sur l’île d’Eysturoy, le village de Gjógv tire son nom d’une gorge de 200 mètres de long dans laquelle les premiers habitants installèrent le port. Les plus hautes montagnes des îles Féroé dominent le village à l’Ouest tandis qu’un torrent traverse le village pour se jeter dans l’océan. Sous le soleil, les habitants s’y baignent et font de la barque.

 

 

 

 

Le port – niché entre deux falaises – est situé dans une entaille profonde. Le contraste entre le vert des montagnes aux alentours et l’océan est saisissant. Il existe une petite promenade sur les falaises pour admirer les vagues et le village dans son ensemble.

 

 

 

 

La route pour se rendre à Gjógv est superbe, elle zigzague et dévoile petit à petit le village. Ne le manquez surtout pas !

 

 

Si vous aimez les paysages à couper le souffle, les road-trips et que vous cherchez à fuir la foule, les îles Féroé sont faites pour vous ! Destination sauvage et rude par son climat et ses paysages escarpés, c’est l’une des destinations les plus en vogue du moment. Et avec des vols directs depuis Paris avec Atlantic Airways, il est désormais possible de s’y rendre pour une week-end prolongé !

 

Article réalisé en collaboration avec Atlantic Airways

Travel

5 bonnes raisons de découvrir Zurich

5 août 2019

Un séjour en Suisse, ça vous tente ? Vous vous demandez quoi faire à Zurich le temps d’un week-end ? Alors vous êtes tombés à pic !

Nichée au pied des montagnes Alpines, la capitale économique de la Suisse est le lieu parfait pour une escapade à quelques heures de Paris. Terre de richesses et de diversité, Zurich offre une combinaison unique : une cinquantaine de musée, une vie nocturne animée, de belles adresses gourmandes, un cadre naturel grandiose et un centre-ville très charmant.

 

 

Allez, je vous emmène à Zurich et je vous donne 5 bonnes raisons d’y passer un week-end en amoureux, entre amis ou en solo !

Tout d’abord, pour vous rendre sur place, je vous recommande de prendre le train ! De centre-ville à centre-ville, TGV Lyria est le moyen le plus rapide et le plus confortable pour rejoindre Zurich depuis Paris. A la vitesse de 320km/h, vous rallierez la capitale Suisse en à peine 4h. De quoi prendre le temps de se détendre avec une série ou encore un film.

 

 

 

Avez TGV Lyria, vous maximisez ainsi votre temps de repos (voir de productivité) à l’occasion d’un trajet fluide, sans contraintes de correspondances et de files d’attente. Vous pouvez également bénéficier du WIFI à bord et du wagon-bar pour vous restaurer.

 

 

 

Coup de cœur pour la carte que propose TGV Lyria, en collaboration avec Michel Roth, le célèbre chef français étoilé. A bord de la voiture-bar, le chef propose des plats gourmands, élaborés à base de produits locaux. Le choix de bières – pour la plupart artisanales – est très intéressant et les desserts sont délicieux.

 

 

Arrivé en gare de Zurich HB, en plein cœur de la métropole suisse, il ne vous restera plus qu’à rejoindre votre hôtel pour le check-in. En bonus, quand vous sortez du train, prenez le temps d’admirer le magnifique ange de Niki de Saint Phalle situé dans le hall principal.

 

 

Et avant toute chose – pour vous sentir libre de vos mouvements – je vous conseille d’opter pour la Zurich Card pour vos déplacements en tramway. Sur la durée de votre choix, elle vous permet d’utiliser les transports gratuitement et en illimité. De plus, vous bénéficierez de réductions sur certaines visites et pas mal de musées sont gratuits sur présentation de cette carte. Un avantage non négligeable dans une ville qui reste assez chère.

 

 

Notez bien que vous pouvez l’acheter à la gare, au niveau des bureaux de l’office de tourisme de Zurich.

Et maintenant quoi faire ? Découvrez mon plan d’attaque pour votre visite à Zurich, avec de belles adresses et idées de visite.

 

Flâner dans le vieux quartier

Pour votre première étape de visite à Zurich, je vous recommande de vous rendre au cœur de la vieille ville, au plus près du lac. Avec une bonne organisation, vous pourrez visiter le centre-ville historique en une journée sans soucis et admirer l’architecture et les couleurs de la ville. Sachez que la vieille ville de Zurich se divise en deux parties, de part et d’autre de la rivière Limmat.

 

 

 

Commencez naturellement par la rive gauche – appelé Lindenhof – qui ressemble à petit village hors du temps. On y découvre notamment l’un des emblèmes de Zurich, la cathédrale Fraumünster, très connue pour ses vitraux d’exception et son clocher vert. Les jeux de couleurs des vitraux sont impressionnants et magnifient à merveille cette église érigée en 853 (l’un d’eux a été réalisé par Giacometti, les autres par l’artiste Chagall).

 

 

 

Ensuite, perdez-vous dans la vieille ville où les petites ruelles s’entrecroisent. En contrebas, se trouve la Schipfe, de petites ruelles médiévales qui descendent jusqu’au bord de la rivière. Ancien lieu stratégique au moyen-âge, de jolies terrasses et boutiques ornent désormais la promenade.

 

 

 

Zurich respire la douceur de vivre.

 

 

 

Ensuite, dirigez-vous vers Niederdorf, où l’on trouve l’un des symboles de Zurich : la cathédrale Grossmünster (vous ne pourrez pas la louper). Si le temps le permet et que la vue est dégagée, rejoignez le sommet de l’une des tours du Grossmünster. L’escalier en colimaçon est assez étroit et plutôt raide (187 marches) mais vous ne pouvez pas manquer ce superbe point de vue !

 

 

 

Le vieux quartier autour de la place de l’église est également très sympa avec des boutiques de créateurs, de belles maisons anciennes, des galeries et de multiples façades colorées.

 

 

 

En hauteur ne manquez la très belle Université et un joli point de vue sur Zürich. Vous pouvez-vous prendre un funiculaire en bas de la ville pour y accéder facilement.

 

Chiller à Zurich West

J’ai été assez surpris par ce quartier alternatif, à l’opposé du l’hyper-centre nettement plus bourgeois et parsemé de boutiques de luxe. On y découvre une ambiance complètement différente et le changement de décor est radical !

 

 

Zurich West, c’est le quartier trendy de la ville. Situé non loin de la gare, les anciennes usines ont laissé la place aux ateliers d’artistes, restaurants et bars branchés.

 

 

 

Allez faire un tour chez Freitag pour shopper leur célèbre besace en bâche de camion recyclée. Tout en haut des conteneurs empilés les uns sur les autres, vous aurez accès à un point de vue sur l’autre célèbre spot Zurichois : le Frau Gerolds Garten.

 

 

 

Cette institution de Zurich est installée dans un très sympathique jardin urbain aménagé avec des conteneurs. Le soir, ce lieu alternatif se transforme en bar branché / guinguette où la bière coule à flot. Au loin, on aperçoit les montagnes mais également l’une des plus hautes tours de Suisse : la Prime Tower (105 mètres de haut).

 

 

Un des autres endroits cool de Zurich West c’est le Viadukt, d’anciens bâtiments désaffectés datant de 1894 qui ont été rénovés et investis par des galeries d’Art. Au-dessus de ces arcades, il existe une promenade piétonne à la place de l’ancienne ligne ferroviaire.

 

 

 

Épiceries fine, boutiques de vêtements, galeries… Vous ne risquez pas de vous ennuyer.

Si vous souhaitez déguster des produits locaux ou en ramener dans vos valises, je vous conseille de vous rendre au Viadukt market : le paradis des gourmands. Les produits sont frais et y passer donne vraiment l’eau à la bouche, attention au craquage !

 

Se baigner dans le lac

Un des atouts de Zurich, c’est son lac. L’été, l’énorme lac de 42 kilomètres est trusté par tous les Zurichois. Imaginez une eau claire et translucide, alimenté par les glaciers des montagnes environnantes !

 

 

Bordé de parcs et de jardins, les infrastructures ne manquent pas autour du lac. De nombreuses plages permettent de s’y baigner, d’y faire du kayak ou encore du paddle. Il existe aussi des piscines aménagées sur les bords du lac pour ceux qui aimeraient pouvoir se doucher et prendre le soleil depuis un transat.

 

 

 

Quand la nature s’invite en ville

 

 

 

Sachez également que certains de ces bains publics – disséminés au 4 coins de la ville – se transforment en club le soir.

 

 

Pour ma part, je suis allé piquer une tête au Strandbad Mythenquai, un vaste parc aménagé avec des piscines, des restaurants et une petite plage (accessible en tramway depuis le centre-ville). Le point de vue sur la ville et les montagnes depuis mon paddle est magique.

 

Faire le plein de culture

Zurich s’est également une ville très riche sur le créneau de la culture. Les amateurs d’art et les passionnés d’architecture seront aux anges. D’ailleurs, la ville est classée par les experts dans le hit-parade des 10 villes les plus riches en galeries d’art.

Il y a des dizaines de musées à Zurich et la plupart d’entre eux sont gratuit avec la Zurich Card.

 

 

 

Passage obligatoire aux Musée des Beaux-Arts (appelé Kunsthaut museum) qui abrite une des plus grandes collections d’Art en Suisse, depuis le XIIIème siècle jusqu’à aujourd’hui. Les sculptures de Giacometti sont représentées en nombre et vous pourrez y admirer de nombreux Monet, Picasso, Miro ou encore Chagall.

 

 

 

Faites également un tour au musée du design (Museum für Gestaltung) qui remonte les époques du design moderne à travers une collection très bien organisée. Le musée rassemble également plus de 500 000 objets qui ont fait l’histoire du design et des arts graphiques. Très intéressant !

 

 

 

Et pour une explosion de couleurs, filez au “jardin chinois” de Zurich, l’un des plus beau d’Europe. Le jardin est un don de la ville chinoise de Kumming, jumelée avec Zurich, en remerciement de son aide technique et scientifique, pour le développement des installations d’eau potable et de drainage. Le jardin est une invitation à s’intéresser aux multiples symboles de la culture chinoise.

 

 

 

 

Juste à côté du jardin Chinois, vous ne pourrez pas manquer la dernière œuvre réalisée par Le Corbusier : un remarquable ouvrage architectural construit au bord du lac. Erigé après sa mort en 1965, cette maison condense tous les aspects de son œuvre architecturale et une collection d’objets qui l’ont inspiré.

 

 

 

 

Et pour les amoureux d’architectures, n’hésitez pas à pousser les portes pour découvrir de superbes spots. Zurich regorge d’œuvres architecturales hors normes !

 

 

 

Se faire plaisir

Visitez Zurich, c’est également l’occasion de découvrir la finesse du fromage et le fameux chocolat suisse (passage obligatoire chez Lindt). Mais ce n’est pas tout. De par le nombre important de communautés et d’expatriés, la ville regorge de de bons restaurants et de bars en tout genre.

Mais surtout, pensez à réserver, les spots trendy sont souvent pris d’assaut très tôt.

Premier arrêt au stand, le Neni. D’inspiration orientale, le restaurant de l’hôtel 25 hours Langstrasse (un super boutique hôtel design où nous avons séjourné) est délicieux. A 20 mètres, toujours au sein de l’hôtel, allez prendre un dernier verre au bar !

 

 

 

Une ville intéressante pour les gourmands

 

 

 

Pour les amateurs de smoothies, foncez au Juicery 21. L’adresse propose également de nombreuses variétés de café moulus, le tout dans cadre super design.

 

 

Pour prendre un apéritif en centre-ville, je vous recommande le Mitch bar. Situé dans une petite cour cachée du quartier de Lindenhof, les cocktails y sont délicieux.

 

 

Et pour déguster une excellente glace, passez la porte de Gelati Tellhof et choisissez les cornets noirs ! Je n’ai pas tout goûté mais la vanille et le cassis étaient délicieux.

 

 

Une autre adresse délicieuse de Zurich, c’est le Co Chin Chin, une adresse vietnamienne qui cartonne. Le restaurant – au concept néo-colon – est un savant mix de lampes type industriel, de vieilles affiches coloniales et d’un éclairage tamisé. Dans l’assiette, nems, Bo bun ou encore curry coco : vos papilles risquent de ne pas s’en remettre !

 

 

Autre belle adresse pour un brunch, c’est Bank. Comme son nom l’indique, ce restaurant est construit à la place d’une ancienne banque. Ambiance hyper friendly, serveurs stylés, décoration industrielle réussie, boulangerie intégrée, cet établissement est une belle découverte.

 

 

 

Impossible de quitter Zurich sans avoir mangé chez Bebek. Un restaurant libanais à la décoration incroyable (architecturalement parlant) et aux plats très gourmands. Laissez-vous tenter par le houmous et les falafels. Avec le pain maison, c’est parfait.

 

 

Cosmopolite, dynamique et créative, Zurich est une destination idéale pour un city-trip estival.

 

Article réalisé en collaboration avec TGV Lyria et l’office de tourisme de Zurich

Lifestyle

Home Alarm by Somfy : connectée et efficace

15 juillet 2019

Récemment, j’ai pu tester le kit d’alarme Home Alarm de Somfy. Et curieusement, l’installation est hyper simple. Preuve en est, le manuel d’instruction est très light, tout ce fait à partir de l’application Somfy Protect (disponible gratuitement sur Apple & Android). Le pack de démarrage est composé d’une centrale sirène, une passerelle, 3 détecteurs d’ouverture, 2 télécommandes et un détecteur de mouvements.

 

 

Le Home Alarm by Somfy est vraiment un produit intelligent qui peut retentir dès les premiers signes d’intrusion.

 

 

La passerelle est l’élément majeur du système de protection. Elle concentre les autres périphériques et connecte le système d’alarme à internet afin de disposer des notifications ou du pilotage à distance. Sachez qu’elle dispose également d’une réserve d’alimentation pouvant lui permettre de continuer à fonctionner même en cas de coupure de courant. Plutôt pratique !

 

 

A positionner près de la porte, la centrale home alarm – quant à elle – fait office de sirène et avertisseur intérieur.

Dans le pack, on vous fourni plusieurs IntelliTAG à fixer sur une porte ou une fenêtre. Vous pouvez ensuite les synchroniser avec votre Home Alarm, histoire que tout soit bien relier. Au sein du pack, il y a également un détecteur de mouvement intérieur, à positionner dans votre appartement où vous le souhaitez.

 

 

 

2 petites télécommandes sont également fournies avec le pack. La présence de ces télécommandes est automatiquement détectée par la centrale. Grâce à cette télécommande, vous pourrez activer l’alarme en partant de la maison, et cette dernière se désactivera automatiquement quand vous entrerez sans avoir à appuyer sur le bouton. Plutôt pratique.

 

 

En cas d’activité suspecte, vous recevrez des notifications directement sur votre smartphone depuis l’application, ou également par SMS si vous n’avez pas de connexion de données. Si vous ne désarmez pas votre alarme et qu’elle détecte une activité suspecte, une puissante sirène de 90+ décibels s’active. Pour effrayer un cambrioleur, sachez que c’est amplement suffisant.

 

 

L’ayant adopté depuis quelques mois, je dois dire que cette alarme est très pratique et performante. Très fiable, elle est hyper ludique à l’utilisation, même pour un enfant ou une personne âgée. La fonction à distance via l’application est également très pratique pour désactiver l’alarme si un membre de la famille (qui possède les clés de l’appartement) souhaite y entrer. Je la recommande les yeux fermés !

 

Article réalisé en collaboration avec Somfy.

Travel

5 bonnes raisons de s’envoler pour Tenerife

10 juillet 2019

Situé au large des côtes africaines, Tenerife est un tout petit bout de caillou volcanique perdu dans l’océan Atlantique. Avec à peine plus de 2 000 km² de terre, c’est la plus grande île de l’archipel des Canaries – composé de 7 îles – mais également la plus touristique avec une affluence qui ne faiblit pas.

 

 

Historiquement habitée depuis l’an 2500 avant J-C par les Guanches, des immigrés d’origine berbère, l’île de Tenerife a été conquise par les espagnols vers la fin du XVème siècle. D’ailleurs, de nos jours, les Canariens revendiquent encore fièrement leurs origines indigène depuis la colonisation.

 

 

Tenerife s’est hissée hors de l’eau à coup d’éruptions volcaniques

 

 

Destination idéale pour un week-end prolongé, on y accède en à peine 4 heures. De nombreuses compagnies aériennes desservent Tenerife et la destination est accessible à des prix abordables depuis plusieurs villes en France. Par ailleurs, l’idéal est de louer une voiture pour un road-trip à travers l’île.

 

 

Tenerife est l’île la plus variée de l’archipel des Canaries

 

 

Quand partir à Tenerife ? La température reste agréable toute l’année mais je vous recommande d’y faire un saut en mai / juin, quand il fait en moyenne 25° et que la haute-saison n’a pas encore démarré. Sachez également que météorologiquement parlant : l’île est plus humide et verte au Nord, aride et chaude au Sud. Vous serez surpris par la présence de ces micros-climats rassemblés sur une toute petite île !

 

 

Si vous cherchez le soleil, Tenerife est the place to be

 

 

Malgré un tourisme effréné, Tenerife a beaucoup à offrir quand on sort des sentiers battus. Et parce que l’île ne manque pas d’atouts, je vous propose de découvrir les 5 bonnes raisons de s’y rendre !

 

Une expérience volcanique au Teide

 

Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le parc national du Teide est l’attraction numéro 1 de l’île de Tenerife et vous allez vite comprendre pourquoi.

Plus haut sommet d’Espagne et troisième plus haut volcan au monde, le sommet du Teide – qui culmine à 3 718 m d’altitude – se trouve au centre de l’île.

 

 

 

La route qui mène au volcan est un spectacle à elle seule

 

 

 

Pour y accéder, vous emprunterez une superbe route qui vous offrira la possibilité d’arrêts extrêmement photogéniques. Au fur et à mesure que vous approcherez le Teide, une multitude de paysages différents se succéderons comme des forêts de pin, des paysages désertiques voir quasi lunaire…

 

 

Arrêtez-vous aux Roques de Garcia – au sud du volcan – pour découvrir un paysage étonnant, avec le cratère du Teide en arrière fond. Vous aurez l’impression d’être sur Mars ! D’ailleurs pour la petite histoire, le Teide et ses paysages hors normes ont souvent été utilisés comme de véritables décors de cinéma (Le choc des Titans par exemple).

 

 

Faites également un arrêt aux Cañadas del Teide pour profiter d’un joli point de vue sur tout le parc national. A 200 mètres, vous aurez également la possibilité de vous restaurer au Parador de Cañadas del Teide, l’établissement idéal pour goûter les saveurs des Canaries.

 

 

 

 

Le Teide est le parc national le plus visité d’Espagne

 

 

 

 

Arrivé au pied du sommet, vous aurez la possibilité de prendre le téléphérique pour apprécier le volcan de plus près et surtout pour admirer la vue panoramique jusqu’au îles voisines.

 

 

Autour du pic, différents sentiers ont été créés. Dans un décors irréel de champs de scories et de coulée de lave – presque martien – n’hésitez pas à explorer autant que vous pourrez !

 

 

Bon à savoir, le parc offre également d’immenses possibilités de randonnées ! Attention tout de même à bien s’y prendre en avance pour réserver son ascension et obtenir son permis.

 

Chiller sur les plages de sable noir

 

Imaginez des paysages volcaniques qui côtoient des plages ocres et noire…

 

 

Que vous recherchiez une plage pour chiller ou une plage pour surfer, vous trouverez ce qu’il vaut à Tenerife. L’île compte de nombreuses plages le long des côtes et j’ai pu en tester quelques unes.

 

 

 

Coup de coeur pour Playa Tejita, une des plus longues plages de l’île. Populaire auprès des kitesurfers, elle offre un point de vue exceptionnel sur le cratère rosé d’un ancien volcan : la Montaña Roja.

 

 

 

Attention tout de même aux vagues, elles sont souvent puissantes. Pour celles et ceux qui rechercheraient une alternative, il y a les charcos : des piscines façonnées naturellement en bord de mer par des coulées de lave. Ainsi, vous êtes protégés des vagues et l’eau se renouvelle automatiquement à chaque marée.

Les charcos de Garachico sont les plus connues et ils sont constitué de plusieurs bassins naturels dont les accès sont bien aménagés !

 

 

 

 

Flaner à Santa Cruz de Tenerife

 

La capitale de l’île qui se trouve sur la partie nord de Tenerife fait partie de mes coups de coeur. C’est également le point de départ parfait pour un séjour sur l’île !

 

 

 

Impossible de ne pas aller découvrir l’Auditorio de Tenerife, un sublime bâtiment architectural aux allures d’opéra de Sydney.

 

 

 

 

Le long de l’océan, vous pourrez vous ballader sur le port jusqu’au parc Maritimo où se trouve de nombreuses piscines où vous avez la possibilité de vous baigner en plein air. Non loin de là, vous avez également le Palmetum, une ancienne décharge devenue le plus grand jardin botanique d’Europe spécialisé dans les palmiers.

 

 

 

 

Allez ensuite vous promener dans les anciens quartiers de la ville, en passant par la rue principale (Calle Castillo) et la Plaza España.

 

Découvrir les anciennes villes coloniales

 

Il existe beaucoup de villages charmants au nord de Tenerife. Et si vous devez visiter un incontournable, ce serait La Laguna, une ancienne capitale aux ruelle piétonnes et colorées.

 

 

 

Le centre historique de La Laguna est inscrit au patrimoine de l’Humanité de l’Unesco. Et on comprend vite pourquoi ! Toutes les maisons sont badigeonnées d’une couleur différente et on se croirait vraiment en Amérique centrale.

 

 

 

Sachez que le tracé urbain de la ville a été appliqué par la suite à de nombreuses villes américaines.

 

 

Des villes hautes en couleur à Tenerife

 

 

Ne manquez pas les riches demeures du 17ème siècle, la Cathédrale Notre-Dame de los Remedios et le Musée d’Histoire et d’Anthropologie de Tenerife (pour son superbe patio).

 

 

Une autre jolie ville qui mérite franchement un détour est Garachico.  Avant l’éruption du volcan au 18ème siècle, c’était le principal port de l’île.

 

 

 

Autour de Garachico, de grandes bananeraies dominent l’océan

 

 

 

Cette ville est connue pour son architecture traditionnelle des Canaries. Allez flâner sur la charmante place principale et admirez certains bâtiments construits sur la lave même !

Pour le déjeuner, rendez-vous au Mirador sur les hauteurs de Garachico pour déguster les plats typiques de Tenerife avec les fameuses pommes de terre et la sauce mojo.

 

 

 

 

Non loin de la, en redescendant vers le sud, vous trouverez le Ritz-Carlton, Abama. Vous ne pourrez pas le manquer, l’ocre rouge des façades de l’Abama se remarque de loin ! Si vous en avez l’occasion, allez prendre un verre dans ce magnifique resort – à l’architecture originale – créé par Jésus Polanco.

 

 

 

 

 

 

Aventurez-vous sur la côte sauvage

 

Vous l’aurez compris, le coin le plus sauvage de Tenerife, c’est le nord ! Et plus précisément dans le Parc Rural d’Anaga, lieu de pèlerinage pour les amateurs de randonnées et la où les montagnes semblent plonger dans la mer.

 

La-bas, on a la sensation d’être au bout du monde ! En plus de posséder le plus grand nombre d’espèces endémiques d’Europe, le massif montagneux d’Anaga est connu pour ses forêts humides.

 

 

 

Tenerife est un paradis pour les amateurs de grand air !

 

 

 

Erigé à flanc de montagne, je vous recommande de vous rendre au village pittoresque de Taborno pour y admirer le “Roque” et les vallées.

 

 

 

Cette immense forêt primaire subsiste grâce aux nombreux nuages qui restent très attachés aux collines de la région. Mais rassurez-vous, le soleil n’est jamais bien loin. En se dirigeant vers l’océan, les forêts humides laissent place à un cocktail de plantes exotiques.

 

 

 

 

Les points de vue sont assez incroyables et on se laisser bercer par les vagues de l’océan qui se brisent sur les massifs de pierre volcaniques.

 

 

Cet article vous a donné envie de partir à la découverte de Tenerife ? A seulement quelques heures de la France, le dépaysement est total, aussi bien en terme de culture que de climat. Généreuse et pleine de richesse, l’île de Tenerife est vraiment surprenante et carrément hétéroclite ! Une destination idéale pour un long week-end en somme !

 

Article réalisé en collaboration avec l’office de tourisme de Tenerife

Travel

Road trip à travers la Côte-d’Or

26 juin 2019

Vous recherchez une idée de week-end à quelques heures de Paris ? La Côte-d’Or, ça ne vous dit rien ?

Alors vous êtes tombé à pic… Cet article est fait pour vous. Parcourez-le pour découvrir mes bonnes adresses et je vous parie que vous n’aurez qu’une envie : découvrir la Côte-d’Or !

Allez, je vous emmène en road trip entre Dijon et Beaune en passant par la route des Grands Crus, ses vignes et ses maisons aux tuiles vernissées !

 

Flâner dans le centre-ville historique de Dijon

 

Capitale des Ducs de Bourgogne, Dijon mérite forcément une halte. Classé à l’UNESCO depuis 2015, son centre-ville est entièrement piéton et c’est vraiment hyper agréable. Ses jolies ruelles médiévales et ses maisons à colombages lui donnent un charme fou.

 

 

Héritière d’un riche patrimoine historique, architectural et gastronomique, la ville aux cent clochers se visite au rythme que l’on veut, au grès des enseignes qui nous font de l’œil, des terrasses de café et des façades majestueuses.

 

 

Si vous êtes plutôt du genre organisé et que vous voulez voir l’essentiel en quelques heures, je vous conseille de suivre le parcours de la Chouette. Un parcours en 22 étapes – que l’on démarre près de l’office de tourisme – qui vous permet de visiter le centre historique et de voir l’essentiel de Dijon.

 

 

 

 

Le matin, dirigez-vous vers le marché Eiffel, pour découvrir la jolie architecture des halles et les produits locaux. La structure métallique bâtie à parti de 1863 culmine à 13 mètres de haut.

 

 

La place François Rude, dite « Bareuzai » est l’un de nos coups de cœur. Située en plein cœur de la ville, elle est très photogénique et semble très appréciée des locaux et touristes au vu de son animation quotidienne et de ses terrasses de café bondées.

 

 

 

 

Ensuite, perdez-vous dans les rues de Dijon, direction la Place de Libération. Lumineuse et entourée de nombreuses terrasses, elle met en valeur le Palais des Ducs de Bourgognes composé de l’hôtel de ville et du Musée des Beaux-Arts.

 

 

 

 

Faites une halte au Musée des Beaux-Arts pour visiter sa belle sélection d’œuvres et d’expositions temporaires. En plus, l’entrée est gratuite !

 

 

Pour le déjeuner, la Place de Libération c’est le stop idéal ! Face aux nombreuses fontaines de la place et au Palais des Ducs, je vous recommande une pause gourmande au Pré aux clercs by Georges Blanc. Cette brasserie contemporaine propose de bons plats pour tous les goûts et toutes les bourses.

 

 

 

 

En continuant votre balade, vous ne pourrez pas louper l’église Notre-Dame et ses nombreuses gargouilles. Profitez-en pour toucher de la main gauche (et faire un vœu) la chouette en pierre incrustée à l’extérieur de l’église, polie par le temps et les nombreuses mains baladeuses.

 

 

 

 

Lorsqu’on s’arrête à Dijon, on veut forcément goûter et ramener quelques spécialités comme le pain d’épices, la moutarde ou encore du bon vin.

 

 

 

 

Pour faire vos emplettes, je vous recommande la maison Mulot & PetitJean, spécialiste du pain d’épices et des nonettes. Rien que pour sa magnifique façade, cette maison héritière d’une longue tradition de pain d’épicier depuis 1805 mérite le détour.

 

 

 

 

Concernant la moutarde, je vous recommande de faire un tour chez Edmond Fallot, une jolie boutique (non loin de la porte Guillaume) où l’on achète la moutarde en pot ou à la pompe. Vous hésitez entre plusieurs goûts ? Le bar à moutarde vous permet de tester un vaste choix de goût et de trouver votre moutarde préférée. Au miel, au piment d’Espelette ou encore au safran, vous aurez l’embarras du choix.

 

 

Vous prévoyez de passer la nuit à Dijon ? Si votre portefeuille vous le permet, allez séjourner au Mc Gallery Grand Hôtel La Cloche, un somptueux 5 étoiles, classé monument historique et qui propose de jolies chambres en plein centre-ville de Dijon. Construit depuis plus de cinq siècles, ce monument symbolique est devenu une véritable institution locale

 

 

 

 

Road-tripper le long de la route des Grands Crus

 

Si vous souhaitez rallier Beaune depuis Dijon, ne manquez pas la route des Grands Crus, un incontournable de la Côte-d’Or ! D’environ 60 km, elle parcourt de nombreux villages prestigieux à l’aura international : Nuits Saint Georges, Vougeot, Corton, Pouilly, Montrachet… Soit 32 grands crus sur les 33 que compte toute la région Bourgogne. Pour rappel, un grand cru correspond à un vin Appellation d’Origine contrôlée, produit uniquement sur certaines parcelles viticoles bien délimitées.

 

 

Les amateurs de vins seront heureux en Côte-d’Or

 

 

Créée il y a 80 ans, elle est connue sous le nom de « Champs-Élysées de la Bourgogne » et a été inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2015. Cocorico !

Et c’est sur cette route mythique que nous avons réalisé notre petit road trip made in Côte-d’Or, à la découverte de contrées authentiques pour en apprendre davantage sur le terroir Bourguignon et sa culture. Attention tout de même à ne pas trop boire avant de prendre le volant si vous prévoyez des dégustations !

 

 

 

 

De villages en villages, de vignes en vignes, de châteaux en châteaux, nous avons donc sillonné les places de village, longé les vignobles des plus prestigieuses appellations Bourguignonne et découvert les fameux Climats de Bourgogne.

Les climats, c’est l’œuvre conjuguée de l’homme de la nature sur les parcelles de vignes. C’est également l’empreinte digitale de chaque vin de Bourgogne. Pour information, on compte 1 247 « climats » rien qu’en Côte-d’Or, autrement dit 1 247 vins différents, avec une spécificité particulière.

 

 

 

 

Classé grand cru de la côte de Nuits, le Clos de Vougeot est un incontournable du périple. Encerclé par les vignes, le célèbre Clos de Vougeot est le siège de la confrérie des chevaliers du Tastevin, une confrérie qui perpétue l’art du bon vin et de la gastronomie Bourguignonne.

 

 

 

 

C’est dans ce château, qu’en 1180, les moines de l’abbaye de Cîteaux ont installé un grand cellier et ont commencé la culture de la vigne. Aujourd’hui, le Clos de Vougeot est un véritable musée à ciel ouvert où l’on peut admirer de belles charpentes et parfois des expositions temporaires. C’est aussi dans ce château que l’aventure des « climats » de Bourgogne a vu le jour.

 

 

Pour les amoureux du street art, vous pouvez vous rendre à la Karrière, situé non loin de Villars-Fontaine. Au cœur d’une ancienne carrière sécurisée, un projet artistique est né et de nombreuses fresques sont désormais visibles. Un petit détour qui vaut franchement le coup.

 

 

 

 

Découvrir Beaune et ses hospices

 

Dernière étape du road trip, Beaune. On pose nos valises dans un charmant hôtel 5 étoiles : l’Hostellerie Le Cèdre. C’est clairement l’un des établissements les plus luxueux de la région, avec son jardin d’arbres centenaires et ses chambres aux décorations personnalisées.

 

 

 

 

L’hôtel abrite également un restaurant gastronomique, Le Clos du Cèdre. Au menu de ce restaurant, de superbes plats Bourguignons (à base de produits locaux) et une carte de vins abondante et variée. Niché dans une authentique maison de maître vigneron, le cadre est vraiment super !

 

 

 

 

A pied, on peut très facilement découvrir la Capitale des vins de Bourgogne. Son centre-ville est superbe et les petites ruelles aux maisons anciennes sont très belles. Au détour d’un passage, on découvre la superbe église romane de la collégiale.

 

 

 

 

Et bien sûr, on ne peut aller à Beaune sans visiter l’Hôtel Dieu, le monument emblématique de la ville. Créé en 1443 par Nicolas Rollin, chancelier du Duc de Bourgogne, le lieu abrite un hôpital destiné aux « pôvres » pendant la guerre de Cent Ans. Traversant les âges, l’hôpital a continué de fonctionner jusqu’en 1971.

 

 

D’ailleurs pour la petite histoire, les Hospices de Beaune ont été immortalisé dans le film « La Grande Vadrouille » avec Louis de Funès et Bourvil. Mais oui, vous vous souvenez de cette scène mythique avec les sœurs ?

 

 

 

 

On ne visite pas Beaune sans visiter ses Hospices !

 

 

 

 

Transformé aujourd’hui en Musée, on y découvre la vie hospitalière de l’époque : un véritable voyage dans le temps !

 

 

Énorme coup de cœur pour la cour d’honneur avec ses belles façades gothiques et ses toits vernissés célèbres dans le monde entier. Et d’ailleurs, le style architectural gothique des hospices de Beaune lui a valu le surnom de “Joyau Flamboyant“.

Pour clôturer cette journée, on se rend aux Caves du Patriarche. Situées dans l’ancien Couvent des Visitandines, ce sont les plus grandes caves de Bourgogne. On ne pouvait pas mieux tomber. A savoir que la maison Patriarche vend quasiment l’ensemble des grandes appellations de la Côte-d’Or.

 

 

 

 

Imaginez un dédale de 5 kilomètres de galeries voûtées (certaine remontant au XIIIème siècle) en plein cœur de Beaune et des millions de bouteilles de vins entreposées.

 

 

 

 

Véritable ville sous la ville, ces caves renferment un trésor viticole exceptionnel. On se faufile entre les tonneaux, les bouteilles millésimées puis on termine par une dégustation. Dans une jolie cave privée – éclairée à la bougie – une sommelière nous fait déguster des vins blancs et des vins rouges (Meursault, Nuits-Saint-Georges…).

 

 

Entre visites urbaines et balade dans les vignobles, nous avons pu avoir un bel avant-gout de la Côte d’Or, une région riche en patrimoine (naturel, culinaire, culturel) qui mérite largement qu’on la (re)découvre. Et quand on sait que la Bourgogne est devenue la destination française la plus populaire d’après le New York Time, on comprend mieux pourquoi.

 

Article réalisé en collaboration avec Côte-d’Or Tourisme

Travel

5 bonnes raisons de découvrir Nice et ses alentours

25 juin 2019

La côte d’Azur et ses 300 jours de soleil par an… Voilà ma 1ère bonne raison de venir découvrir Nice et ses alentours. De l’incontournable métropole de Nice au village d’Èze, en passant par Villefranche-sur-Mer et la très huppé presqu’île de Saint-Jean-Cap-Ferrat, la côte d’Azur se révèle être l’une des plus belles destinations du bassin méditerranéen.

Et je vais vous donner plusieurs autres bonnes raisons de partir faire escale à Nice et de profiter de la douceur de vivre locale, ses eaux turquoise et ses criques arborées de pins. Vous êtes prêts ? Allez, direction le sud !

 

Nice, la perle méditerranéenne et ses environs 

S’il y a une ville en France que j’affectionne particulièrement, c’est bien Nice ! Entre patrimoine, gastronomie et loisirs, Nissa la bella mérite vraiment qu’on s’y arrête quelques jours.

 

 

Pour découvrir la capitale de la French Riviera, je vous recommande de démarrer par la magnifique place Masséna, son sol en damiers et les bâtiments rouges qui l’encerclent. A quelques pas de la, traversez la promenade du Paillon, une jolie voie verte qui séparer le Vieux Nice des quartiers récents.

De nombreuses installations et espaces ombragés font le bonheur des locaux et des touristes. Mais le point d’orgue de ce poumon vert, c’est le miroir d’eau – appelé « le plateau des brumes » – qui est très prisé lors de fortes chaleurs estivales.

 

 

 

 

Ensuite, laissez-vous guider et perdez-vous dans les ruelles anciennes du vieux Nice, en flânant le long des maisons colorées et des ruelles pavées. Bariolé de jaune et de rouge, le vieux Nice est un vrai labyrinthe aux nombreux bâtiments de style Baroque.

 

Avec son linge qui pend aux fenêtres, ses volets bleus et verts et ses églises majestueuses, la vieille ville de Nice possède un charme inégalable. Au milieu de ce centre historique, vous tomberez forcément sur la place Rossetti et sa superbe cathédrale Sainte Réparate.

 

 

 

 

 

 

En continuant votre promenade, rejoignez le cours Saleya et ses nombreux cafés / restaurants qui se remplissent tous les midi. Cette jolie rue piétonne – entourée d’anciens palais à l’architecture nissarde typique – mérite qu’on y fasse un tour en matinée à l’occasion de son célèbre marché local (fleurs, fromages, fruits et légumes, délices traditionnels).

 

Sur place, n’oubliez pas de goûter la socca, une délicieuse crêpe de farine de pois chiches cuite sur une fine couche d’huile d’olive. Vous m’en direz des nouvelles !

 

 

 

 

 

 

 

 

Et après cette escapade haute en couleur, direction la colline du château pour un superbe panorama sur la ville de Nice. A pied ou par ascenseur (gratuit), la vue est juste incroyable.

Autrefois citadelle fortifiée du 11e siècle, cette colline s’est transformée en un beau parc boisé avec des vues sur le vieux Nice, la Baie des Anges, le port et même les Alpes ! De bon matin, les couleurs sont superbes avec les toits rouges du vieux Nice et les couleurs turquoise de la mer.

 

 

 

 

 

 

Une fois le shooting photo terminé, redescendez côté vieille ville pour sillonner la mythique promenade des Anglais, qui s’étend sur 7 kilomètres le long de la baie des Anges. A pied, en vélo ou en skate, découvrez les belles façades Niçoises et le célèbre Négresco situé au n°37.

 

 

 

 

 

 

Pour votre pause déjeuner, je vous recommande un restaurant typique – labellisé « Cuisine Nissarde » – et situé au coeur de la vieille ville : A Buteghinna. La cuisine niçoise est plutôt riche et variée et ce serait dommage que vous ne goûtiez pas aux classiques beignets de courgettes, petits farcis, au pan bagnat ou encore à la pissaladière.

 

 

Et quoi de mieux que débuter l’après-midi dans les vignes avec un verre de rosé à la main ? Sachez que Nice est la seule grande ville à posséder un cru d’appellation contrôlée sur sa commune. Le vignoble de Bellet – un des anciens vignobles de France datant de l’époque des romains – propose du vin rouge, blanc et rosé, travaillé en bio.
Vous pourrez y acheter vos bouteilles directement sur place et même participer à une visite du domaine pour découvrir les cultures locales.

 

 

 

 

En fin de journée, allez profiter d’un transat sur l’une des nombreuses plages privées de Nice. Si vous n’aimez pas les plages de cailloux, c’est la meilleure des alternatives ! Je vous recommande le Galetpour farnienter au soleil et savourer de délicieux cocktails. La décoration blanc et bleu est plutôt soignée et la décoration du restaurant rappelle un bateau de plaisance avec ses cordages et ses grands panneaux de bois.

 

 

 

 

Pour le dîner, un de mes coups de coeur reste le restaurant Fine Gueule, situé à deux pas de la place Masséna. Distingué par le Guide Michelin, ce restaurant offre une cuisine locale de qualité où l’on peut suivre depuis sa table, l’élaboration des plats grâce à une cuisine ouverte sur la salle principale.

 

 

 

 

Nice reste un excellent point de départ pour découvrir la French Riviera et ce ne sont pas les hôtels qui manquent ! Si vous avez un beau budget, je vous recommande l’un des plus beau hôtel de Nice, l’Aston la Scala et son magnifique rooftop. Au pied de la place Masséna, cet imposant bâtiment de style Art Déco est un excellent point d’ancrage.

 

 

 

Si vous préférez plus de simplicité, je vous recommande The Deck Hotel, un établissement flambant neuf, niché à 2 pas de la promenade des Anglais. Aux couleurs méditerranéennes, la décoration est hyper réussie, les chambres sont cozy et le petit-déjeuner très gourmand !

 

 

 

Riche en couleur, la ville de Nice est une destination parfaite pour un long weekend. Surtout quand on sait qu’un Paris-Nice ne prend à peine qu’une heure par avion.

 

 

 

 

Prendre le temps à Villefranche-sur-mer

Sur la route qui mène à Monaco, faites un stop à la petite ville de Villefranche-sur-mer notamment pour admirer sa rade, ses eaux cristallines et ses petites maisons colorées.

 

 

Et je ne pourrai que vous recommander “the place to be”, le Mayssa Beach pour un déjeuner aux accents maritimes ! Situé en surplomb de la rade (au-dessus de la gare maritime), le restaurant bénéficie d’une vue panoramique à couper le souffle sur toute la baie de Villefranche-sur-Mer et c’est une véritable invitation au voyage (autant visuelle que culinaire) qui s’offre à vous.

 

 

 

De votre table, vous pourrez observer les voiliers, yachts ou autres paquebots tout en savourant de délicieux plats. La cuisine privilégie les produits de la mer et du marché du jour mais vous aurez la possibilité de prendre des pâtes, sashimis ou encore de la viande. Le service, sans fausse note, participe à faire de ce lieu une superbe adresse.

 

 

 

 

Un gros coup de coeur pour les 2 petites tables posées au bord de l’eau, dans un cadre ultra intimiste et romantique.

 

Flâner à Èze et son jardin exotique

Plus loin sur la route qui mène en Italie, il serait dommage de ne pas s’arrêter à Èze pour admirer le plus beau panorama sur la French Riviera. Perché sur une montagne, ce village typiquement provençal est un vrai labyrinthe de petites rues pavées qui regorgent de cafés, restaurants et galeries d’art. Au détour de ruelles, de jolies portes, des passages voûtés et des petites places se dévoilent.

 

 

 

 

Depuis la porte d’entrée fortifiée, laissez-vous guider par votre instinct et montez jusqu’au superbe Jardin Exotique. Sur les hauteurs du centre historique, on découvre ainsi la plus belle vue sur la Côte d’Azur depuis ce jardin accroché à la montagne.

 

 

 

Eze fait partie de ces endroits connus dans le monde entier.

 

 

 

Construit à plus de 400 mètres de haut sur les ruines d’un château, le jardin exotique d’Èze offre une collection de cactées et plantes grasses venues de tous continents. Suivez les petits chemins qui circulent entre les cactus et autres succulentes pour découvrir – au sommet – une très belle vue sur la baie avec en premier plan les toits du village et les cactus.

Par temps dégagé, notre guide nous dit qu’on peut même apercevoir la Corse.

 

 

 

 

 

 

Si vous passez dans le coin, allez-y, vous ne serez vraiment pas déçus.

 

S’évader à Saint-Jean-Cap-Ferrat

Saint-Jean-Cap-Ferrat c’est le genre de ville où l’on aimerait bien avoir sa maison secondaire. Implanté entre Nice et Monaco, c’est l’un des endroits le plus préservé de la Côte d’Azur et la ville est connue pour avoir été le refuge de nombreuses personnalités célèbres.

Cet ancien village de pêcheurs est extrêmement apprécié du fait qu’elle offre une ambiance tranquille, une eau translucide, probablement les plus belles plages de la French Riviera et des paysages incroyables.

 

 

 

 

Avant d’aller vous mettre à l’eau, je vous recommande une visite à la Villa Ephrussi de Rothschild, un supe

rbe palais classé Monument Historique. Également appelée « Villa Île-de-France », c’est l’une des plus belles demeures de la région. Pour la petite histoire, c’est la Baronne Béatrice Éphrussi de Rothschild qui a fait ériger ce palais de style Renaissance entre les années 1905 et 1912.

Roserai, éden espagnol, florentin, japonais : avec ses 9 jardins de rêve, prenez le temps de vous promener autour du palais.

 

 

 

 

La presqu’île est pourvue de très belles plages, que l’on peut découvrir le long du sentier côtier en se frayant un passage à travers les falaises calcaires. Et si je dois vous recommander la plus belle, je vous dirai Paloma Beach. L’eau turquoise et la forêt luxuriante qui entoure la plage Paloma lui offre un cadre idyllique.

C’est le lieu parfait pour passer un moment en bord de mer et savourer un bain-de-soleil.

 

 

 

 

La French Riviera est connue de tous comme étant une destination paradisiaque. De Nice à Èze, le long de la mer Méditerranée, les paysages sublimes se succèdent, sans jamais être lassé. Convaincu ?

Entre les plages de rêves, les spécialités culinaires, les panoramas, les villages typiques, les traditions culturelles et l’accueil hors norme, foncez découvrir la Côte d’Azur… Le temps d’un week-end ou plus !

 

Article réalisé en collaboration avec l’office de Tourisme Métropolitain Nice Côte d’Azur