Luxe

Art et mode : un mariage largement consommé

21 octobre 2013

La nouvelle vient de tomber : le parfum Miss Dior s’exposera au Grand Palais pour une exposition éphémère, du 13 au 25 Novembre. Dans le même temps, on ne parle que de la rétrospective Azzedine Alaïa qui se déroule en ce moment au Palais Galliera, jusqu’au 26 Janvier 2014. L’occasion de revenir sur ce mariage largement consommé entre art et mode.

 

 

Culture Chanel ©LXRV

Culture Chanel ©LXRV

 

Un parfum au musée ? Ceci n’est pas sans rappeler l’énorme rétrospective organisée par Chanel il y a quelques mois au Palais de Tokyo, pour son iconique parfum N°5. Seul Chanel pouvait alors se targuer de pouvoir prétendre à un tel dispositif, le parfum étant devenu, plus qu’une fragrance, l’icône d’une style de vie à la française. Un dispositif inspiré de l’exposition ‘The Little Black Jacket‘ débutée en 2012 à New York.

 

Miss Dior s'installe au Grand Palais © Dior

Miss Dior s’installe au Grand Palais © Dior

 

Aujourd’hui, en annonçant cette exposition, Dior semble vouloir lui aussi mettre les pieds au musée.. Même s’il possède déjà le sien, le musée Christian Dior, situé à Granville (Manche) dans la maison familiale des Dior. L’art est inscrit dans les gênes de la maison, car Christian Dior fut avant tout un galeriste, exposant des Picasso, des Braque, Giacometti,..

 

'Esprit Dior' au MOCA de Shanghai © Dior

‘Esprit Dior’ au MOCA de Shanghai © Dior

 

Cette exposition Miss Dior semble intervenir dans un concept global d’esthétisation artistique de la marque, dont le point de départ est l’exposition ‘Esprit Dior’, se déroulant en ce moment au Museum Of Contemporary Art de Shanghai. Les dessins de Gruau, les photographies de Demarchelier et les créations de Dior côtoient les œuvres contemporaines de Yan Lei, Zheng Guogu, Liu Jianhua, Yan Pei-Ming,..

Les initiatives et partenariat des marques se multiplient sans fin : Net-à-porter sort une collection baptisée ‘Art Capsul’, dont les prix des vêtements s’alignent sur la cote artistique, Maison Martin Margiela annonce son soutien à l’artiste Baptiste Debombourg dans le cadre du Parcours Saint-Germain d’Art Contemporain, Lanvin choisit de mettre en scène César en exposant dans ses vitrines du Faubourg Saint-Honoré trois de ses œuvres, Prada annonce sa nouvelle collaboration avec Damien Hirst pour une œuvre quatarie..

 

L'installation 'Prada Marfa' des artistes Michael Elmgreen et Ingar Dragset, insallée dans le désert du Texas depuis 2005, risque d'être démontée dans les prochaines semaines © Noel Kerns

L’installation ‘Prada Marfa’ des artistes Michael Elmgreen et Ingar Dragset, insallée dans le désert du Texas depuis 2005, risque d’être démontée dans les prochaines semaines © Noel Kerns

 

En effet, la mode a toujours été, par sa créativité et son artisanat, classée comme un art à part entière. Les frontières se sont peu à peu brouillées, à un point tel que l’un sans l’autre est inconcevable. Petit à petit, la mode s’est donc confondue avec l’art, et c’est avec une complète légitimité qu’elle s’est ensuite affichée dans le lieu artistique ultime : le musée.

L’une des premières manifestations à faire date fut la rétrospective ‘Yves Saint Laurent, 25 Years of Design’, la première à être organisée du vivant d’un couturier, en 1983 au Metropolitain Museum of Art de New York. L’exposition voyagera ensuite tout autour du monde, de Pékin à Moscou en passant par Sydney.

Avec cette exposition, Yves Saint Laurent reçoit -une fois de plus- la reconnaissance de son travail en tant qu’art, art témoin.

 

« J’ai essayé de montrer que la mode est un art. J’ai suivi en cela les conseils de mon maître Christian Dior, et la leçon impérissable de mademoiselle Chanel. J’ai créé pour mon époque et j’ai essayé de prévoir ce que sera demain » Yves Saint Laurent,1983

 

Art (4)

Robe inspirée des œuvres de Mondrian, défilé Haute Couture Automne-Hiver 1965 Yves Saint Laurent © Fondation Bergé-YSL

 

L’art, dans un cercle sans fin, nourri la mode, elle-même qualifiée d’art : Robes Mondrian chez Yves Saint Laurent (1965), d’inspiration Warhol chez Jean-Charles de Castelbajac (1984), street-art chez Prada (Été 2014), chapeaux surréalistes de Dalí pour Elsa Schiaparelli (1937), sacs Sprouse (2001), Murakami (2003), ou Kusama (2012) chez Louis Vuitton,… Une source d’inspiration inépuisable.

Tout comme une œuvre , la mode se veut être le témoin d’une civilisation révolue, d’un instant donné. Car la mode, comme chaque domaine artistique (peinture, sculpture, musique, littérature), est un merveilleux curseur d’observation de l’évolution des sociétés.

Yves Saint Laurent dira, en 2002, avoir « participé à la transformation de [son] époque. Je l’ai fait avec des vêtements, ce qui est sûrement moins important que la musique, l’architecture, la peinture (…), mais quoi qu’il en soit, je l’ai fait ».

 

Les vêtements de plein air - Exposition 'L'impressionnisme et la mode' © Musée d’Orsay, Sophie Boegly

Les vêtements de plein air – Exposition ‘L’impressionnisme et la mode’
© Musée d’Orsay, Sophie Boegly

 

L’exposition ‘La Mécanique des dessous‘, organisée aux Arts Décoratifs jusque fin novembre 2013, rapporte ainsi l’influence du vêtement dans la construction et la perception du corps de la femme : faux-culs, corsets, gaines, crinolines,.. rendent compte des mœurs et diktats des sociétés d’hier et d’avant-hier ; et ce aussi efficacement qu’une peinture ou un ouvrage historique. On citera aussi l’exposition du Musée d’Orsay organisée en 2012 , ‘L’impressionnisme et la mode‘, rendant hommage aux qualités d’observations et de réalisme vestimentaire des artistes du courant.

L’une des formes les plus abouties de ce mariage entre art et mode pourrait être la performance ‘The Impossible Wardrobe conçue par Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera, avec l’actrice Tilda Swinton. L’anglaise s’est fondue dans le corps d’un conservateur, apprenant les gestes de manipulation de ces costumes impossibles à porter, stockés par milliers dans les réserves, et les présentant au public avec une infinie douceur. Presque une pièce de théâtre, un tableau vivant convoquant l’histoire personnelle de chacune de ces pièces, ressuscitant des époques révolues, des personnages oubliés.

 

Sans griffe, Eventail en plumes d'aigle, vers 1900 Collection Galliera © Piero Biasion

Sans griffe, Eventail en plumes d’aigle, vers 1900 Collection Galliera © Piero Biasion

 

Un mariage largement consommé, et savouré…

You Might Also Like