Browsing Category

Lifestyle

Lifestyle

More Festival : Spritz & Dolce Vita

18 juin 2017

Il y a quelques semaines, j’ai été convié par Aperol Spritz pour découvrir le More Festival de Venise : une superbe expérience !

Vous aimez Calvi On the Rocks ? Vous adorerez sa petite soeur More Festival à Venise, orchestrée par Édouard Rostand. Fondé en 2013, le petit festival façon « friend & family » a bien grandi. A tel point qu’il ferrait presque de l’ombre à Calvi On The Rocks !

La preuve, cette année on avait une programmation plutôt alléchante en la personne de Todd Terje, dOP, Jacques, Konstantin Sibold, pour ne citer qu’eux…

 

Dolce Vita 💚⚪️❤️

Une publication partagée par Quentin Lafon (@quentinlafon) le

 

« A Venise, 200 Spritz seraient consommés chaque minute »

 

Parlons un peu du produit… Quasi inconnu il y a encore quelques années en France, ce cocktail italien est sur toutes les tables d’apéro l’été. En Italie il l’est depuis longtemps, à tel point que l’on parle de « vague orange » (Campari a ainsi vu ses ventes bondir évidemment). Aujourd’hui le cocktail s’exporte bien et sa renommée dépasse pas mal de frontières. En même temps avec une recette aussi simple : 3 parts de prosecco, 2 d’Aperol et une d’eau pétillante ! Sans oublier la rondelle d’orange à la fin et vous obtenez un perfect serve !

 

Well arrived in Venice 🎭

Une publication partagée par Quentin Lafon (@quentinlafon) le

 

« Le plus Français des festivals italiens »

 

Aperitivo, ballades en Riva, bruschetta, dj-sets, french touch, et bien évidemment des Spritz à gogo : un week-end de 3 jours et surtout 2 fiestas dans la cours d’un superbe palais puis sur une île au large de Venise… On y a croisé la crème des Italiens branchés et des Parisiens en quête de beaux clichés Instagram.

 

Spritz mode activated 🍸

Une publication partagée par Quentin Lafon (@quentinlafon) le

 

Dans ce cadre sublime et sous un soleil brûlant, on a sillonné la merveilleuse Venise à travers ses nombreux canaux lors de notre 1ère journée. Le soir venu, on a bu quelques cocktails dans la cours d’un palais vénitien et écouté le live de Jacques.

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, direction l’île de San Servolo ou est installée la scène principale du More Festival. De là-bas, un verre de Spritz à la main, on apprécie le coucher de soleil sur la lagune de Venise.

 

 

 

La soirée démarre réellement avec un live de Parcels, les jeunes Australiens qui montent en puissance. On s’assoie sur des valises cassées (œuvre d’un artiste local), on discute du festival dans la file d’attende des toilettes, on recommande un Spritz et on recommence !

 

 

A la fin de la nuit, on attrape un riva et on se perd à nouveau dans les dédales de la Sérénissime avant de retrouver nos chambres d’hôtels.

Enorme remerciements à Gruppo Campari et l’agence RPCA (Solène & Pauline) pour l’invitation ainsi que la parfaite organisation !

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Lifestyle

Bic Shave Club : pour un rasage au poil !

3 avril 2017

BIC, le fleuron français, vient de lancer le Bic Shave Club pour notre plus grand plaisir.

Quand on sait que le rasage prend aujourd’hui une place important dans le quotidien, il était temps qu’une marque se lance dans un concept d’abonnement.

 

 

Lancé depuis la fin mars, la solution proposée par BIC est très simple.

Grosso modo, c’est un service de livraison à domicile de lames de rasoirs dont vous définissez vous même la fréquence d’envois. Pratique, puisque tout arrive directement dans votre boite aux lettre (avec une fréquence d’1 ou 2 mois).

 

 

Le marché de la vente en ligne de rasoirs va grossir sur les prochaines années

 

 

Il faut également avoir que le service est flexible (puisque sans engagement) et économique (avec un tarif de 9€/mois).

Pour en savoir plus sur le service, rendez-vous sur bicshaveclub.com

Lifestyle

Guy Martin fête ses 25 ans au Grand Véfour

26 janvier 2017

Récemment, j’ai eu l’immense honneur de découvrir l’un des plus prestigieux restaurant de France : le Grand Véfour !

Joyau de l’art décoratif du XVIIIe siècle et lieu emblématique de la vie politique, artistique et littéraire depuis deux cents à Paris, je me rappèlerai longtemps de cette expérience hors du commun.

 

 

Napoléon Bonaparte, George Sand, Lamartine, Victor Hugo, Jean Cocteau, Sacha Guitry, Colette, André Malraux, Louis Aragon, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir… il sont tous venus déjeuner dans ce mythique restaurant !

 

Un moment de haute cuisine française hors du temps !

 

Situé sous les arcades des jardins du Palais Royal, le Grand Véfour (2 étoiles au Michelin) fait partie des grandes tables de la gastronomie française et c’est également le plus ancien restaurant gastronomique de Paris, créé en 1784… Rien que ça !

 

 

Dorures, peintures, boiseries et classé aux Monuments Historiques, ce n’est pas seulement une expérience culinaire qui vous attend…

 

L’un des seuls restaurants où le maître d’hôtel commence par un peu d’histoire

 

Accueilli par le Chef Guy Martin, nous avons goûté aux produits phares du restaurant. Mais pas que, puisque le Chef nous a raconté quelques anecdotes croustillantes au sujet du restaurant au sein du salon des Artistes-Baccarat, un salon privé où l’on peut admirer une collection de gravures, de dessins signées Cocteau, Colette, Chagall…

Depuis son rachat, le chef s’est beaucoup investi et il a par exemple racheté beaucoup d’oeuvres (Chagall, Cocteau) appartenant auparavant au Grand Véfour.

 

 

Autodidacte et ancien pizzaiolo, Guy Martin a gravi un à un les échelons de la grande cuisine. Sa plus belle satisfaction au Grand Véfour ? Voir repartir les gens heureux.

En 25 ans, il a servi des Présidents de la République, les plus grands peintres et architectes, des figures légendaires comme Roger Moore, Paul Mc Cartney ou Marianne Faithfull…

 

Un lieu chargé d’histoire !

 

Un peu d’histoire. A ses débuts, le Grand Véfour est un café chic et à la mode, nommé le « café de Chartres ». En 1820, Jean Véfour, son nouveau propriétaire, le transforme en restaurant somptueux.

L’établissement est alors rebaptisé « Le Grand Véfour« . Pendant près d’un siècle, il accueille le Tout Paris politique, littéraire et artistique.

 

 

A la libération, Louis Vaudable, propriétaire de Maxim’s, achète le Grand Véfour. Colette vient en voisine déguster les plats rustiques et Jean Cocteau en fait sa cantine.

En 1984, Jean Taittinger rachète ce temps de la gastronomie et redonne tout son lustre à cette adresse après une rénovation minutieuse. Puis vint le tour de Guy Marin, actuel propriétaire des lieux.

 

Vingt-cinq ans d’amour

 

Revenons à nos moutons et plus précisément le dîner ! Après une coupe de Ruinart, nous avons pris place sur les mythiques banquettes rouges, où une table nous était réservé.

 

 

En entrée nous avons dégusté les fameuses ravioles de foie gras accompagnées de leur crème truffée, un véritable must ! Et accessoirement, le plat le plus populaire du restaurant.

 

 

Une expérience gastronomique unique

 

 

Ensuite, on nous a servi de l’oursin dans un fin velouté, oeuf de caille et caviar osciètre : somptueux !

 

 

Et nous avons enchainé avec le filet d’agneau, racine de persil en fine purée et gnocchi de butternut, jus au piment de Jamaïque.

 

 

Et nous avons été gâté puisque nous avons eu le droit à 2 desserts ! Le premier, une crème brûlée aux artichauts, légumes confits, sorbet aux amandes amères.

 

 

S’asseoir à la table du Grand Véfour doit être une fête !

 

 

Puis le second, un palet noisette et chocolat au lait, glace au caramel brun et prise de sel de Guérande.

 

 

Une cuisine de haute volée, légère, inventive dans une ambiance feutrée et intimiste : bref, un moment d’exception !

Un grand merci à Hélène pour l’invitation, mais également à Guy Martin pour son accueil & à Christian et Flavien pour leurs anecdotes sur ce lieu chargé d’histoire.

Lifestyle

Grana Padano s’invite dans la gastronomie française !

22 décembre 2016

À ne surtout pas confondre avec le parmesan, le Grana Padano s’est retrouvé dans mon assiette à l’occasion d’une excursion gourmande avec un menu « tout pasta » : un délice.

Utilisé depuis des générations dans les familles et les cuisines italiennes, le Grana Padano devient inéluctable dans la gastronomie mondiale et de plus en plus de grands chefs sont fiers de mettre en avant ses qualités nutritionnelles et son caractère affirmé.

 

 

Il faut 15 litres de lait demi-écrémé pour produire 1 kilo de Grana Padano

 

 

Pour la petite histoire, on raconte que le fromage Grana de la plaine du Pô est né en 1135 dans l’abbaye de Chiaravalle, à quelques kilomètres au sud de Milan. Puis il est reconnu en 1996 comme Appellation d’Origine Protégée par l’Union Européenne, une véritable consécration pour un fromage !

Depuis, la recette originale est restée inchangée depuis près d’un millénaire et le fromage est devenu une vraie star mondiale.

 

Le Grana Padano est le produit A.O.P. le plus consommé au monde

 

Côté affinage, il existe 3 catégories commercialisées : l’affinée entre 9 et 16 mois, le plus de 16 mois et le « Riserva », affiné pendant un minimum de 20 mois.

 

 

Produit exclusivement à partir de lait cru, le Grana Padano est un réel concentré de nutriments.

Allez, revenons à nos moutons et à ce superbe dîner préparé par William Ledeuil et Denny Imbroisi à la Table Ronde. Ces deux là se connaissent bien puisque le premier forma le second et le second fût inspiré par le premier, qu’il surnomme « Papa »…

 

 

Chacun avec sa cuisine, ses inspirations et sa personnalité, ces deux complices ont fait éclater les saveurs en nous présentant leurs créations autour de Grana Padano. Personnellement, j’en ai encore l’eau à la bouche.

Place au menu, je vous laisse l’apprécier en image ! Buon appetito.

 

Minestrone, sarrasin & Grana P torréfiés.

 

Mini cannelloni de homard, bisque de crustacés & écume de Grana P

 

Courge, crème de Grana P, truffe, beurre Kalamensi & mostarda

 

Carbonara, guanciale & Grana P

 

Glace Grana P & crumble à l’huile d’olive

Lifestyle

Focal, l’audio premium à la française !

18 décembre 2016

Focal, vous connaissez ? Et bien vous devriez, puisque ce fleuron français est devenu en quelques années le leader européen du secteur audio !

Chez Ursofrench, on aime parler des belles marques, encore plus quand elles sont françaises… Cocorico !

Pour ma part, j’ai découvert Focal sur lors d’un test automobile sur les routes Italiennes puisque la dernière 3008 est équipée de la technologie du fabricant français.

Très à la pointe de la technologie et jouissant d’une bonne réputation chez les professionnels du secteur, Focal continue de se déployer à travers le monde. Et pourtant, l’entreprise est relativement jeune… Quelle belle ascension !

 

s0-essai-peugeot-3008-le-roi-de-la-jungle-388397

 

The Spirit of Sound

 

casque-focal-rouge

 

Né à Saint-Etienne, Focal est au départ un simple bureau d’études dédié à l’acoustique créé par un ingénieur passionné : Jacques Mahul. Fort de son succès immédiat, il décide de lancer ses premiers haut-parleurs dans un petit atelier…

Son premier fait d’arme ? La DB13, une enceinte de bibliothèque de très bonne qualité qui sera rapidement commercialisée.

Au cours des années 1990, Focal prend une nouvelle envergure avec l’arrivée de Gérard Chrétien, un autre passionné de hi-fi haut de gamme. En adaptant les produits Focal aux exigences des consommateurs, la marque devient leader sur le marché français de l’enceinte acoustique… c’est le début de l’ascension !

 

passion_focal_usine

 

Saint-Étienne peut être fier de 2 choses : son club de foot et Focal

 

maxresdefault

 

Parallèlement, l’entreprise voit grand et commence à exporter ses produits en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. Le made in France plaît, et il est récompensé à l’étranger puisqu’un modèle de Focal est élu « enceinte de l’année en 1992 » au Japon…

La Grande Utopia devient l’enceinte emblématique de la marque puisque cette dernière lui donne une réputation internationale. Aujourd’hui encore, elle est considérée comme l’une des meilleures enceintes acoustiques haute fidélité au monde, rien que ça !

 

026-focal-jm-lab-grande-utopia

 

Focal, symbole de la french touch

 

13433203_1049010051819846_8519198462933611307_o

 

A partir de 2002, la fabrication est relocalisée à Saint-Etienne où sont fabriqués aujourd’hui les trois-quarts de la production. Ce retour aux sources a également permit à la marque de se recentrer sur son activité de base et de mettre en avant le côté « made in France ».

Ensuite, à partir de l’année 2011, Focal passe la seconde, continue sa politique de développement et fusionne avec Naim, la marque leader de l’électronique haut de gamme au Royaume-Uni : une fusion intelligente puisque Focal bénéficie des compétences en électronique de Naim.

 

Focal innove constamment pour répondre aux nouveaux besoins.

 

Puis en 2014, Graal ultime, Focal obtient reconnaissance de l’État français au travers du Label Entreprise du Patrimoine Vivant : un label qui distingue les entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.

Aujourd’hui, Focal continue son expansion et réalise plus de 70% de son chiffre d’affaires à l’international, preuve de sa bonne santé et de son attractivité. Notez que Focal est tout de même vendu dans près de 160 pays du monde, c’est presque aussi bien que les plus grandes multinationales !

Il faut également savoir que le cœur de métier de Focal reste très important puisque 59% du chiffre d’affaires concerne l’univers des enceintes. Comme j’ai pu le tester avec la nouvelle 3008, Focal développe énormément ses produits « audiomobiles » puisqu’ils représente près de 30% du CA.

Côté digital, la marque n’est pas en reste puisque vous pourrez retrouver l’ensemble de ses références sur le e-shop de la marque et vous pourrez suivre ses actualités aussi bien sur Facebook, Instagram que sur Twitter.

 

 

L’ambition de Focal est de s’imposer comme une référence en matière de casques acoustiques

 

The #Sound illuminates your room! #ListenBeyond #Sopra #loudspeakers

A photo posted by Focal (@focalofficial) on

 

De mon côté, j’ai pu tester un des produits phares de la marque : le casque Listen.

Ce nouveau casque se veut hériter des recherches effectuées dans la conception des modèles Utopia et Elear, les 2 autres modèles de la nouvelle gamme (casques hi-fi haut de gamme) dont il est le modèle le moins cher.

 

 

De base, j’utilise très peu les casques audio puisque je me contente généralement de mes écouteurs iPhone.

Même si je dois reconnaître qu’il n’y a pas photo puisqu’écouter de la musique avec un casque procure de meilleures sensations, surtout dans le métro Parisien…

Et à 199€ (un prix entrée de gamme pour Focal), je dois avouer que le Listen s’est révélé être une très bonne surprise, surtout pour un casque haut de gamme !

 

 

Un casque robuste,  un son remarquable, un design léché, adapté aux smartphones et un prix attractif

 

 

Testé dans des environnements hostiles comme la ligne 3 ou la ligne 4, j’ai pu apprécier le plaisir du son de haute qualité et le confort que procure les coussinets en mousse. Dans ma bulle, j’étais seul au monde avec mon casque Listen… et ça fait du bien !

Côté technicité, le casque est relativement léger (273 grammes) et son câble de d’1m40 est détachable.

 

 

Accessoire ultime et très pratique : le microphone intégré pour les appels mains libres ! Pouvoir passer ses coups de téléphone sans débrancher son casque est un luxe, surtout lorsque vous êtes serré comme des sardines dans le métro. D’autant plus que, le son est de qualité et la télécommande multifonction s’avère très pratique.

 

Un casque nomade par excellence

 

Enfin, j’ajoute que la possibilité de plier le casque pour le ranger dans sa poche de Parka est également un point positif ! Fourni avec un étui de transport et un adaptateur avion, c’est actuellement l’un des casques qui possède le meilleur rapport qualité/prix sur le marché.

 

Lifestyle

Diptyque, parfumeur parisien depuis 1961 !

11 décembre 2016

Chez Ursofrench, on aime parler des belles marques, surtout quand elles sont françaises !

Alors, il me paraissait évident de vous parler de Diptyque, l’un des vieux parfumeurs de France.

Depuis plus de 50 ans, Diptyque confectionne des bougies, des objets parfumant pour la maison, des eaux de toilettes et des eaux de parfums : un savoir-faire bien gardé.

 

 

Une Maison de tradition animée par un tempérament audacieux

 

 

Très française, tant par ses origines que par un luxe empreint d’élégance et de sobriété dont elle est l’archétype, diptyque cultive un esprit libre, éclectique, tourné vers l’art comme vers la nature, vers l’innovation comme vers les richesses du passé !

Pour la petite histoire, Diptyque voit le jour en 1959 lorsque Desmond Know-Leet, Christiane Montadre-Gautrot et Yves Coueslant se rencontrent. Passionnés de belles matières, ils créent leur propre maison d’édition de tissus : c’est le début d’une belle histoire.

 

 

Deux après leur association, ils s’installent boulevard Saint-Germain, au numéro 34.

L’histoire est d’autant plus belle que la vente de tissus ne prend pas et les 3 amis décident de se pencher sur l’artisanal et l’ethnique via un ensemble d’objets venus d’ici et d’ailleurs : des tissus, des figurines de bois, des cerfs-volants japonais, des sacs et des coussins, de l’encens, des petits théâtres Pollock, des bougies, des parfums, des sachets odorants, des éprouvettes emplies de graines colorées, des oiseaux du Mexique, des chevaux en bois des Dolomites…

 

En peu de temps, le talent de trois amis en fera une adresse incontournable pour un public à la fois curieux, élégant et raffiné

 

En 1963, trois bougies parfumées voient le jour. Elles s’appelleront Thé, Aubépine et Cannelle. Cinq ans plus tard, leur première eau de toilette se nomme L’Eau. Une simplicité audacieuse, un tempérament précurseur… Le ton est donné.

 

 

La suite de l’histoire, vous la connaissez : une notoriété internationale, un succès commercial et un produit phare : les bougies parfumées !

Les bougies parfumées relèvent d’un savoir-faire unique. Entièrement réalisées à la main, neuf étapes sont nécessaires pour parvenir à cette finesse olfactive qui les caractérise. Leurs senteurs sont élaborées avec autant de soin qu’une eau de toilette.

 

 

Une cinquantaine de fragrances – gamme unique au monde – se déclinent en familles mettant en exergue une fleur, un fruit, une herbe, un arbre, une épice.

Pour les fêtes, la maison ouvre 4 pop-up stores à Paris, Londres (x2) et New York afin de célébrer la fin d’année !

La maison y présente ses collections d’hier « Une Nuit chez Diptyque » et les curiosités de La Collection 34 dans une mise en scène éphémère sous l’égide du théâtre, univers cher à la maison.

 

 

Une expérience visuelle et parfumée

 

 

Ainsi, l’univers de la scène et son backstage y sont réinventés : des meubles chinés, bahuts, sièges de cinéma, aux grands lustres d’antan éclairant de mille feux les antres des histoires chaque jour contées, et tant affectionnées par diptyque.

 

Chaque ville a la liberté de son interprétation

 

C’est tout l’esprit familial et traditionnel des fêtes de fin d’année que l’on retrouve chez Invisible dog à Brooklyn, New York. À Londres, de Covent Garden, place mythique du théâtre s’il en est, à Boxpark, où les containers informels font écho à l’esprit qui règne en coulisses, les créations diptyque deviennent acteurs d’un jour et règnent sur ces fêtes pour faire plaisir à ceux que l’on aime.

 

 

Paris n’est pas en reste avec une apparition rue Saint Honoré, où, entre 2 tours de magie, les visiteurs pourront découvrir l’art du papier cadeau selon diptyque : hommage au raffinement de l’art du pliage.

Lifestyle

Transmusicales de Rennes : le festival des révélations

26 novembre 2016

Nirvana, Daft Punk, Justice, Carl Cox, Stromae… A croire qu’il ont planqué une sacrée boule de cristal à Rennes pour les Transmusicales !

Depuis 1979, le festival ne cesse d’accompagner tous les mouvements musicaux à venir, il se veut précurseur. D’édition en édition, le festival guettera de près l’arrivée du grunge, du rock alternatif, de la brit-pop, du trip-hop, du rap français ou de l’électro-rock…

 

visuel_trans-2016

Transmusicales de Rennes

 

Avec une programmation riche et novatrice, le festival rennais s’est imposé comme le rendez-vous incontournable pour un panorama complet des musiques de demain.

Comme chaque année, l’édition sera cosmopolite avec 98 groupes et plus de 25 pays représentés.

 

greenroom_vendredi_mozpics

Transmusicales de Rennes

 

Et une fois n’est pas coutume, Greenroom sera évidemment présent ! Ursofrench sera donc présent sur place pour vous faire le live. On à hâte de vous faire découvrir tout ça !

 

 

Les 38èmes rencontres Trans Musicales de Rennes c’est du 30 novembre au 4 décembre… à Rennes, évidemment. Et pour le plus grand plaisir de nos oreilles !

Lifestyle

Aigle x Le Slip Français : une collection à la fraiche !

22 novembre 2016

Après une collection estivale, Aigle et le Slip Français se retrouvent cette saison pour fêter Noël.

Et quand le maitre incontesté du slip rencontre l’expert du savoir-faire à la française, ça donne une collection superbe !

 

ob_ef903d_le-slip-francais-x-aigle-2-asj

 

« Sous l’eau« , Jeannot est bien heureux de s’accorder une pause pour les fêtes de fin d’année. Il trouve ainsi refuge à la campagne pour passer les fêtes de Noël dans sa maison chaleureuse.
 
En panne d’inspiration pour les cadeaux sous le sapin ? Jeannot vous propose un vestiaire 100% français : slip, boxer, pyjama et chaussettes fabriquées dans les plus belles campagnes françaises.

 

ob_026613_le-slip-francais-aigle-bottes-pluie-3

 

Tout pour être au chaud en préparant le sapin !

 

ob_631e05_le-slip-lsf-x-aigle

 

Et si dehors, c’est le déluge, Jeannot vous conseille les bottes Aigle, confectionnées en France (et à la main s’il-vous-plait), afin de garder les pieds au sec en toutes circonstances.

Lifestyle

Maty, le renouveau du bijoutier de Besançon !

17 novembre 2016

Qui ne connaît pas Maty ? La maison de bijouterie à fêté récemment ses soixante ans. Une belle longévité pour une maison qui a su évoluer avec son temps.

Spécialiste français de la vente à distance des montres et bijoux, Maty a été créée il y a 60 ans par Gérard Mantion.

 

14721624_1345090325502266_2102440943662799369_n

 

Natif de la ville de Besançon, à l’époque capitale de l’horlogerie française, c’est naturellement vers ce savoir-faire bisontin qu’il s’est d’abord tourné.

Au départ, il n’avait pas les moyens d’ouvrir une boutique, alors il se lance dans la vente par correspondance.

 

Le 1er catalogue présente 67 modèles de montres pour hommes et femmes.

 

La publicité se fait par le biais des petites annonces du »Chasseur français« , et le succès est immédiat !

Rapidement, Maty diversifie son offre en ajoutant la bijouterie, et étend son offre à plus de 500 modèles dans un catalogue de 40 pages.

 

capture-decran-2016-11-07-a-21-50-21

 

Si elle dispose de nombreux points de vente dans toute la France, la marque Maty réalise 75% de son chiffre d’affaires par correspondance.

Aujourd’hui, Maty envoie son catalogue à 1 million de foyers deux fois par an, renforce ses positions sur le web et développe son réseau en propre de bijouteries. En 2005, l’entreprise détient la première place en Europe pour la vente de bijoux par correspondance.

 

De beaux bijoux accessibles à toutes les femmes par des prix attractifs.

 

A Besançon, le leader français de la vente de bijoux à distance compte plus de 600 salariés pour la fabrication, l’expertise, la réparation, la commercialisation… de près de 4 000 références, ce qui constitue le plus large choix du marché français.

 

11139775_982095785135057_7887225256743391174_n

 

Maty compte plus de 2 millions de clients et traite plus de 7000 commandes par jour.

Avec des pièces allant de 10 à 10.000 euros et avec un panier moyen relativement accessible, l’idée directrice de la maison n’est pas de monter en gamme mais plutôt de faire progresser les ventes.

 

Insuffler une culture retail

 

Concernant les points de vente, la marque dispose d’une cinquantaine de magasins sur toute la France. Ce maillage national fait partie des priorités du groupe, puisque l’objectif à terme, est de faire en sorte que l’activité boutique représente 50% du chiffre d’affaires. Et donc supplanter le canal historique…

 

14910437_1352318288112803_6351243004082139431_n

 

Le catalogue reste cependant une référence, puisque l’activité Maty n’existerait pas sans lui mais le développement en retail est nécessaire. Service après-vente, créations sur mesure, garanties et accueil de qualité : c’est un plus pour le consommateur.

Tout en prenant garde de ne pas déstabiliser sa marque, la marque développe également son site internet (où elle réalise environ 25% de ses ventes) et ses réseaux sociaux (Facebook et Instagram en tête).

A l’heure actuelle, Maty représente une collection de plus de 3500 modèles de bijoux plus attrayants les uns que les autres. Et vous pourrez par exemple, shopper en ligne un de leurs bracelets ou de leurs montres homme.

Chez Ursofrench, on s’est prêté au jeu et on a sélectionné une très belle montre issue de la dernière collection. Discrète, indémodable, elle fait partie de la sélection NATO. Le plus ? Une multitude de combinaisons de couleurs disponibles pour customiser le bracelet en nylon. Testée et approuvée !

 

15152339_10211397115513732_581259490_o

 

15102182_10211397115393729_1526598087_o

Lifestyle

Millet, une marque française en pleine ascension !

15 novembre 2016

Millet, vous connaissez ? Vous savez, cette marque française adulée des montagnards !

 

image

 

À l’origine de l’entreprise, deux frère : René et Raymonde Millet. Tout démarre en 1921 lorsque leurs parents fondent à Saint-Fons une entreprise de fabrication de sacs à provisions ainsi que de musettes. Les années passent et l’atelier se développe, les techniques se perfectionnent et les premiers sacs à dos à armature (véritable fleuron de la marque) sortent en 1934. L’histoire est belle, puisque pendant la 2nd guerre mondiale, les frères Millet fournissent des sacs à dos à la résistance.

 

Une marque vieille de plus de 60 ans

 

Au sortir de la guerre, les frères Millet prennent en main l’entreprise et orientent la production vers l’alpinisme.

 

image2

 

Le premier fait d’arme ? En 1946, les deux frères conçoivent un modèle de sac en partenariat avec un alpiniste chevronné, Louis Lachenal. Ce dernier escaladera victorieusement l’Annapurna 4 ans plus tard en compagnie de Maurice Herzog en 1950 : un exploit pour l’époque !

 

image3

 

Vous vous doutez bien que les deux alpinistes étaient équipés de sacs Millet… L’expédition est une réussite et Millet est définitivement lancée sur les rails de l’aventure en haute montagne.

 

Le 3 juin, « l’Annapurna 50 » conquiert le premier 8000 !

 

Imaginez à l’époque, cette ascension est vue comme si c’était les premiers pas de l’homme sur la lune. C’est à partir de ce fait d’histoire que Millet se retrouve projeter sur le devant de la scène internationale.

 

Une nouvelle forme de conquête

 

En 1960, Millet a le vent en poupe et flaire une bonne opportunité : Walter Bonatti. Ce dernier devient le premier conseiller technique de la marque et contribue au développement des produits. Son rôle ? Tester les produits sur le terrain, en expédition et sur différents secteurs des Alpes : Annecy, Chamonix…

 

Millet teste ses sacs en conditions réelles

 

Une fois le test réalisé, il donnait son avis sur les défauts des produits testés mais aussi les points d’améliorations ainsi que les innovations à venir : un conseiller en or !

 

millet-tranquille-bill-alpinisme-randonnee-mars-1979

 

Les années 1960 voient ainsi le développement du marché intérieur et le début des ventes internationales ! Les deux frères jouent la carte de l’innovation puisqu’en 1964, une bretelle révolutionnaire pour sacs à dos (entièrement en nylon, rembourrée de mousse et sans couture) voit le jour. L’année suivante, l’entreprise lance le premier sac à dos en nylon (le Sherpa 50)… une véritable révolution dans le milieu de l’équipement montagnard !

 

ak_14_best_of_-_136

 

En 1977, Millet prend de nouveau de court la concurrence en étant la première marque à proposer des parkas en Gore-Tex : la 1ère étape dans le processus de diversification de la marque. Puis la marque lance ses premiers sacs de couchages pour la montagne.

 

imf_grand_web_chemin_9213_1316590324

 

1978 est une étape clef dans l’histoire de la marque puisque Reinhold Messner, qui vient tout juste d’intégrer la team Millet, réussi la première ascension sans oxygène de la plus haute montagne du monde (8848 mètres) avec sa veste Millet. Que de premières vous allez me dire… et c’est bien ça qui a forgé cette marque : l’innovation, l’exploit.

L’entreprise s’appuie sur des produits vedettes pour s’exporter à l’international : le sac à dos forcément, le sac de couchage et la doudoune. Une réussite.

 

Des produits durables et fiables

 

En 1995, Millet prend de nouveau une nouvelle envergure puisque l’entreprise familiale passe dans le giron de Lafuma. Le géant drômois, leader sur le marché français des sacs à dos, permet ainsi à Millet de se rapprocher de Mac (alors leader du sous-vêtement de montagne) et de fusionner par absorption. Millet reste ainsi Millet mais avec le savoir-faire de Mac.

 

compagnie-des-guides-de-chamonix_image

 

En 2010 et pour renforcer son expérience technique, Millet devient fournisseur officiel de la Compagnie des guides de Chamonix (250 guides de haute montagne) qui peuvent tester les équipements de la marque en temps réel. Cette équipe teste par exemple des produits qui pourraient être lancés sur le marché et permet d’avoir des retours rapides et qualifiés pour d’éventuelles améliorations.

 

Le Massif du Mont-Blanc comme terrain de jeu et laboratoire d’expertise

 

L’entreprise perpétue également l’esprit des expéditions, qui ont fait sa renommée, avec par exemple les Millet Expedition Projects : un concours pour férus d’exploration et d’aventure.

 

millet

 

Depuis, l’entreprise s’est diversifiée tout en perpétuant l’esprit montagne. Sous la marque Millet, vous pourrez trouver des sacs à dos, des chaussons d’escalade, des chaussures de randonnée, des bottes d’alpinisme et des cordes. Le positionnement se veut premium comme le précise Frédéric Ducruet, DG de la marque : « Nous ne fabriquons que des produits techniques, systématiquement testés par des athlètes de haut niveau ».

 

L’innovation technique est l’avenir de Millet

 

Aujourd’hui, Millet c’est 70 salariés, 56 millions de chiffre d’affaire annuel, dont 60% à l’export. C’est également une marque qui est devenue « multi-spécialiste » au fil des ans puisqu’un pratiquant peut être équipé des pieds à la tête. Grimpeurs, alpinistes, skieurs et autres randonneurs ont donc accès à une panoplie complète d’équipement sophistiqué et durable.

 

jjweb2

 

Pour le moment, la marque ne propose pas de produits dits « hard », en l’occurrence des skis, des gaines, des chaussures de ski… mais le futur nous réserve de belles surprises !

Côté digital, la marque n’est pas en reste puisque vous pourrez retrouver l’ensemble de ses références sur le e-shop de la marque et vous pourrez suivre ses actualités aussi bien sur Facebook, Instagram que sur Twitter.

 

success-story-millet-ecommerc-magento

 

Millet aura donc marqué l’Histoire avec de grandes expéditions, certains de ces produits sont devenus cultes et quelque chose me dit que ce n’est que le début d’une très grande aventure !

 

Un best-seller : le Trilogy 25

 

De mon côté, j’ai pu tester un des produits emblématiques de la marque : le Trilogy 25.

 

img_4159-02

 

Disponible en magasin ou sur le site de Millet, vous pouvez le porter en toutes circonstances que ce soit en randonnée ou à la montagne.

 

img_4054-02

 

Destiné à l’alpinisme, épuré, ergonomique, résistant et léger, c’est le it bag qu’il vous faut pour vos escapades.

 

img_4139-02

 

Bref, on vous le recommande fortement si vous souhaitez allier confort, robustesse et style tout en respectant votre budget !

Lifestyle

Essai du Peugeot 3008 lors d’une virée à Bologne !

1 novembre 2016

Le week-end dernier, j’ai eu la chance d’être invité par Peugeot France pour prendre part au lancement mondial du Peugeot 3008 à Bologne. Et ce fut, comme à son habitude avec la marque au Lion, une superbe expérience !

 

dsc_2418

 

Assemblé à la fois à Sochaux et Chengdu (Chine), le nouveau 3008 (2nd génération) revendique désormais le statut de SUV.

Arrivé sur place avec de nombreux blogueurs automobiles, la carrure du nouveau Peugeot me rappelle celle d’un certain Range Rover Evoque, que j’apprécie énormément. Et quand on voit le succès rencontré par cette dernière, je me dis que c’est de bon augure pour le 3008 !

 

dsc_2423

 

A l’intérieur, on retrouve le « i-cockpit » qui se généralise chez Peugeot (et c’est tant mieux) : une planche de bord spectaculaire dans laquelle le combiné d’instrumentation est reporté au-dessus d’un petit volant.

 

Un intérieur futuriste

 

Une console centrale au top de l’ergonomie… et du design !

 

dsc_2449

 

Sur place, nous avons donc testé le SUV en exclusivité sur les route Italiennes, aussi bien à Bologne que dans l’arrière pays. Clés en main, on se familiarise avec la 3008 et parcourons l’arrière pays de Bologne à la recherche des meilleurs spots pour « shooter » la voiture.

 

dsc_2420

 

Après un arrêt au stand dans la splendide Villa Le Maschere, nous reprenons la route pour Bologne, où se situe notre hôtel.

Très bonne adhérence sur route, design moderne, reprise plus que correcte, caméra de recul, bonne insonorisation, espace suffisant (pour un mètre 85), confortable, sièges massants : les premières bonnes impressions autour du véhicule se confirment !

 

dsc_2430

 

Peugeot abandonne définitivement l’ère du monospace pour s’engouffrer dans celui des « Crossovers », un marché d’avenir.

 

dsc_2490

 

Les panoramas se succèdent, nous prenons beaucoup de plaisir à conduire le 3008 dans de si beaux décors mais, il est déjà presque l’heure de rentrer à l’hôtel.

Arrivé à l’hôtel en début de soirée, nous retrouvons d’autres blogueurs ainsi que le reste de l’équipe Peugeot France. Un brief, la présentation détaillée du véhicule et quelques chiffres sur la bonne croissance du groupe PSA, il est temps ensuite de se reposer à l’hôtel…

 

dsc_2436

 

Le lendemain matin, nous reprenons le volant de la 3008 pour une virée dans l’authentique ville de Bologne. Les grandes avenues et les petites rues du cœur de Bologne nous permettent de bien apprécier la conduite citadine.

 

dsc_2467

 

Une calandre verticale, une ceinture de caisse relevée, sans oublier une caisse perchée à 22 centimètres au-dessus du sol: le nouveau 3008 réunit tous les codes esthétiques du SUV!

 

dsc_2481

 

Ce nouveau 3008 semble disposer de sérieux atouts pour une belle carrière mondiale puisque le marché du SUV est en plein essor. Rien qu’en Europe, il a été multiplié par 2,5 depuis 2009 au profit des monospaces et autres berlines.

 

dsc_2479

 

Dernier cliché pour la route…

 

dsc_2415

 

Nous terminons la journée au volant de la Peugeot 3008, très heureux d’avoir pu vivre cette belle expérience !

Enorme remerciements à Peugeot pour l’invitation ainsi que la parfaite organisation !

 

Lifestyle

Decathlon illumine Paris avec sa Run Light

17 octobre 2016

La semaine dernière, j’ai été convié par Decathlon pour tester un run de nuit culturel. Et c’était génial ! J’ai notamment pu tester les derniers produits Kalenji ainsi que le run light.

Mais avant de vous en dire plus, quelques mots sur le running de nuit.

 

decathlon-run-light-photo-f-poirier-32

 

Courir de nuit est un phénomène de mode qui prend de l’ampleur depuis ces dernières années. Il est toujours dur de mettre le réveil plus tôt pour un footing matinal ou d’enchaîner après une journée épuisante au bureau. La sortie running du soir parait être un bon compromis. Et pas simplement pour placer une sortie dans un emploi du temps journalier chargé mais aussi pour le plaisir de courir la nuit et de voir la ville lumière sous un autre angle.

Courir de nuit, c’est également des frissons, un sentiment de liberté et une ambiance à la fois magique et angoissante. Ainsi, pour compenser les limites de la vision, les autres sens se mettent en éveil : l’esprit est en alerte et l’ouïe devient plus fine.

 

decathlon-run-light-photo-f-poirier-55

 

Et cet effet de mode est loin de s’essouffler puisque de nombreuses courses de déroulent désormais en nocturne. Voir même avec des zombies pour les plus fantasques !

Mais courir dans l’obscurité suppose également d’être parfaitement équipé. Et c’est la que l’expertise de Kalenji entre en jeu. La marque made in Decathlon a développé de nombreux produits pour les aficionados des courses de nuit et j’ai pu en tester quelque uns.

 

decathlon-run-light-photo-f-poirier-71

 

Le principe est simple : voir et être vu. Innovation 100% running, Kalenji a créé le run light : une lampe qui permet de courir la nuit en sécurité. Le faisceau lumineux permet d’éclairer les 20 premiers mètres, afin d’éviter les obstacles éventuels. Très léger (à peine 200 grammes, on ne la sent presque pas), le run light se répartit à la fois sur l’avant et l’arrière du buste. Sur le dos, 3 leds clignotantes permettent également d’être vu.

 

decathlon-run-light-photo-f-poirier-28

 

Revenons à nos moutons et la fameuse course de la semaine dernière. En association avec le Paris Running Tours, qui organise des joggings touristiques pour faire découvrir Paris, nous avons parcouru 7km entre le Decathlon de Wagram et celui de la Madeleine.

Un beau parcours, qui nous a permis d’admirer l’Arc de Triomphe, la Tour Eiffel, les quais de seine et la Concorde… Rien que ça ! Et à chaque point d’intérêt, notre super guide (un puit de science) nous a raconté un pan de l’histoire de Paris, avec à la clé, de superbes anecdotes pour briller en soirée.

 

runlight_zoom

 

Courir la nuit est une expérience extraordinaire !

 

decathlon-run-light-photo-f-poirier-73

 

Côté produit, pour ma part, j’ai pu tester les KIPRUN LD et je dois avouer que j’ai été séduit par l’amorti et le confort que cette paire de chaussure procure. Un plus quand on souhaite faire de longue distances (10 km, semi).

 

decathlon-run-light-photo-f-poirier-67

 

Bilan des courses très positif puisque j’ai évacué les mauvaises toxines, j’ai admiré Paris de nuit et je me suis cultivé : à quand le prochain run ?