Browsing Tag

Vieux restaurant

Lifestyle

Guy Martin fête ses 25 ans au Grand Véfour

26 janvier 2017

Récemment, j’ai eu l’immense honneur de découvrir l’un des plus prestigieux restaurant de France : le Grand Véfour !

Joyau de l’art décoratif du XVIIIe siècle et lieu emblématique de la vie politique, artistique et littéraire depuis deux cents à Paris, je me rappèlerai longtemps de cette expérience hors du commun.

 

 

Napoléon Bonaparte, George Sand, Lamartine, Victor Hugo, Jean Cocteau, Sacha Guitry, Colette, André Malraux, Louis Aragon, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir… il sont tous venus déjeuner dans ce mythique restaurant !

 

Un moment de haute cuisine française hors du temps !

 

Situé sous les arcades des jardins du Palais Royal, le Grand Véfour (2 étoiles au Michelin) fait partie des grandes tables de la gastronomie française et c’est également le plus ancien restaurant gastronomique de Paris, créé en 1784… Rien que ça !

 

 

Dorures, peintures, boiseries et classé aux Monuments Historiques, ce n’est pas seulement une expérience culinaire qui vous attend…

 

L’un des seuls restaurants où le maître d’hôtel commence par un peu d’histoire

 

Accueilli par le Chef Guy Martin, nous avons goûté aux produits phares du restaurant. Mais pas que, puisque le Chef nous a raconté quelques anecdotes croustillantes au sujet du restaurant au sein du salon des Artistes-Baccarat, un salon privé où l’on peut admirer une collection de gravures, de dessins signées Cocteau, Colette, Chagall…

Depuis son rachat, le chef s’est beaucoup investi et il a par exemple racheté beaucoup d’oeuvres (Chagall, Cocteau) appartenant auparavant au Grand Véfour.

 

 

Autodidacte et ancien pizzaiolo, Guy Martin a gravi un à un les échelons de la grande cuisine. Sa plus belle satisfaction au Grand Véfour ? Voir repartir les gens heureux.

En 25 ans, il a servi des Présidents de la République, les plus grands peintres et architectes, des figures légendaires comme Roger Moore, Paul Mc Cartney ou Marianne Faithfull…

 

Un lieu chargé d’histoire !

 

Un peu d’histoire. A ses débuts, le Grand Véfour est un café chic et à la mode, nommé le « café de Chartres ». En 1820, Jean Véfour, son nouveau propriétaire, le transforme en restaurant somptueux.

L’établissement est alors rebaptisé « Le Grand Véfour« . Pendant près d’un siècle, il accueille le Tout Paris politique, littéraire et artistique.

 

 

A la libération, Louis Vaudable, propriétaire de Maxim’s, achète le Grand Véfour. Colette vient en voisine déguster les plats rustiques et Jean Cocteau en fait sa cantine.

En 1984, Jean Taittinger rachète ce temps de la gastronomie et redonne tout son lustre à cette adresse après une rénovation minutieuse. Puis vint le tour de Guy Marin, actuel propriétaire des lieux.

 

Vingt-cinq ans d’amour

 

Revenons à nos moutons et plus précisément le dîner ! Après une coupe de Ruinart, nous avons pris place sur les mythiques banquettes rouges, où une table nous était réservé.

 

 

En entrée nous avons dégusté les fameuses ravioles de foie gras accompagnées de leur crème truffée, un véritable must ! Et accessoirement, le plat le plus populaire du restaurant.

 

 

Une expérience gastronomique unique

 

 

Ensuite, on nous a servi de l’oursin dans un fin velouté, oeuf de caille et caviar osciètre : somptueux !

 

 

Et nous avons enchainé avec le filet d’agneau, racine de persil en fine purée et gnocchi de butternut, jus au piment de Jamaïque.

 

 

Et nous avons été gâté puisque nous avons eu le droit à 2 desserts ! Le premier, une crème brûlée aux artichauts, légumes confits, sorbet aux amandes amères.

 

 

S’asseoir à la table du Grand Véfour doit être une fête !

 

 

Puis le second, un palet noisette et chocolat au lait, glace au caramel brun et prise de sel de Guérande.

 

 

Une cuisine de haute volée, légère, inventive dans une ambiance feutrée et intimiste : bref, un moment d’exception !

Un grand merci à Hélène pour l’invitation, mais également à Guy Martin pour son accueil & à Christian et Flavien pour leurs anecdotes sur ce lieu chargé d’histoire.