Browsing Tag

gin

Vins & Spiritueux

Connaissez-vous le Victoria Gin Club ?

21 mars 2017

En début d’année, j’ai été convié par la marque iconique Bombay Sapphire à intégrer un club d’amateurs de gin : le Victoria Gin Club. Une superbe idée !

Et pour nous (re)faire découvrir l’une des marques les plus emblématique de spiritueux (au monde, oui oui), quoi de mieux qu’un déplacement à Laverstoke Mill, pour une visite privée de la distillerie.

Direction donc la campagne anglaise (dans le Hampshire) à 100km de Londres avec l’ensemble du crew Bombay Sapphire pour une visite en bon et due forme.

 

 

 

 

Un voyage-découverte unique pour les amateurs de gin

 

 

 

Inaugurée il y a quelques années, cette distillerie est un lieu empreint d’histoire. Sachez que pendant plus de 200 ans, l’usine a historiquement produit le papier destiné à la fabrication des billets de la banque d’Angleterre !

Et depuis, l’usine abrite un tout nouveau visage avec l’implantation de la marque Bombay Sapphire. Pour un tel rendu, l’architecte Thomas Heaterwick a réalisé un travail titanesque pour  transformer cette ancienne fabrique de billets de banque en une distillerie haut de gamme.

Une fois à l’intérieur, Sam (notre génial guide) nous a détaillé tout le processus complexe qui permet de donner naissance au gin Bombay Sapphire. Des épices à la distillation, on s’aperçoit rapidement que le processus de fabrication n’a pas bougé depuis l’invention de la recette… une prouesse !

 

 

 

La recette du gin Bombay Sapphire est précieusement conservée dans un coffre en Suisse

 

 

 

On a également pu se rendre compte que le site de la distillerie est imprégné d’une rare beauté, surtout lorsque l’on découvre les serres géantes (l’une tropicale et l’autre tempérée) dans lesquelles poussent les 10 épices qui confèrent au gin son goût unique.

Selon moi, c’est la pièce maîtresse de la distillerie puisque qu’elle regroupe l’ensemble des arômes du Bombay Sapphire (qui proviennent de dix jardins botaniques différent). A l’intérieur, on peut même découvrir les spécimens horticoles qui ont infusés dans le spiritueux : passionnant !

La visite de la distillerie se poursuit en fonction des différentes étapes de fabrication du gin. A l’intérieur du bâtiment principal, nous découvrons d’impressionnants alambics de cuivre. On apprend également que la distillerie tourne à plus ou moins 300 bouteilles/jour.

Nous terminons par un passage à l’Empire Room (où plus de 200 références de gin sont présentes) pour une dégustation finale. Sam nous fait même l’honneur de tester une édition limitée : Bombay Amber, un régal.

 

God save Bombay Sapphire

 

Et ce n’était que la partie émergée du superbe programme qui nous attendait ! Retour à Londres dans la soirée et repos mérité dans une superbe chambre de l’hôtel Mondrian (du côté de South Bank pour les curieux).

Après la théorie du matin, il était temps pour notre crew de passer à la pratique et donc à la dégustation de cocktails. Dur labeur diriez-vous ! 1ère étape au Dandelyan (avec une vue spectaculaire sur la Tamise), le superbe bar de l’hôtel Mondrian où nous trinquons à la longue vie du Victoria Gin Club.

 

 

21h à peine et nous prenons la direction de l’incontournable American Bar du Savoy. Oui, je vous parle bien de cette institution, de ce lieu qui est régulièrement classé parmi l’un des 50 meilleurs bars au monde. Une atmosphère particulière se dégage de ce bar mythique où l’on pourrait passer la journée à décrypter la carte des cocktails.

 

 

Longue vie au Victoria Gin Club !

 

 

La soirée bat son plein, nous dégustons les cocktails proposés (si possible à base de gin) et il est déjà temps de se diriger vers le restaurant pour dîner. Une table nous a été réservée au Berners Tavern, un restaurant immense avec une multitude de tableau accrochés aux murs et un bar impressionnant qui domine l’assemblée. Les plats (tous succulents) se succèdent et je termine par un petit gin tonic.

 

 

Fin de soirée ? Que nenni. Nous nous mettons en chasse d’un bar à cocktail pour terminer la soirée ! Direction Carnaby Street où nous tombons sur le Disrepute, un très beau bar à cocktail nouvellement ouvert (et plutôt bien caché à la manière d’un speakeasy). Nous trinquons de nouveau puis la fatigue nous gagne.

 

 

Retour à l’hôtel Mondrian où je tombe dans les bras de Morphée. Le lendemain est dédié au temps libre et par chance, c’est ciel bleu à Londres (réalisé sans trucages). En petite chemise en coton, c’est flânerie autour des monuments incontournables de Londres, que je vous laisse apprécier en photo.

 

 

 

 

Après un déjeuner copieux dans le restaurant de l’hôtel, toujours accompagné de l’emblématique boisson bleue (évidemment), il est temps pour notre petit groupe de privilégiés de rejoindre la gare de St Pancras, direction Paris.

Ce fut, vous l’aurez bien compris, un week-end incroyable avec une team Victoria Gin Club des plus chouettes (Désirée, Sandy, Forest, Julien, Frédéric, Marie-Astrid, Caroline & Harvey). Enorme remerciements à Bacardi-Martini pour l’invitation ainsi que la parfaite organisation !

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Vins & Spiritueux

Bombay Sapphire, un gin premium devenu incontournable

25 janvier 2017

Étant moi même un « gin lovers », il était temps que je vous parle du fameux Bombay Sapphire ! Et l’occasion était bonne puisqu’une soirée était organisée aux Chouettes, près de République… Un voyage inoubliable avec des cocktails inédits, créés spécifiquement par le mixologiste Rémy Savage, élu le bartender le plus imaginatif au monde !

 

 

Rare sont ceux qui ne connaissent pas ce gin pastel azur, facilement reconnaissable à sa bouteille légendaire (ils ne doivent pas avoir l’habitude de traîner dans des bars à cocktails).

Car Bombay Sapphire fait partie des incontournables. Tellement incontournable, qu’il est devenu la coqueluche des barmen pour la confection des cocktails.

Distillé dans son berceau natal, l’Angleterre, ce gin super premium n’en reste pas moins le résultat d’un concentré des meilleures saveurs issues des 4 coins du globe.

 

Bombay Sapphire : voyage aux origines du gin

 

Et pour ce rendre compte de la popularité de ce gin, je vous invite à un petit cours d’histoire.

Nous sommes en 1761 dans la petite ville de Warrington, tout près de Liverpool. Thomas Dakin, du haut de ses 24 ans, achète un terrain à proximité des docks de Liverpool pour y construire une distillerie de gin. Et c’est une réussite sans précédent, puisque le « Warrington Gin » rivalise à l’époque avec les importations françaises, jusqu’alors références absolues.

 

 

La recette de son succès ? Son procédé de distillation innovant avec l’infusion de 10 botaniques par vapeur d’alcool. Le « Warrington Gin » est alors doux et raffiné mais s’inscrit tout de même dans la plus haute tradition du London Dry de l’époque.

 

L’histoire de Bombay Sapphire s’écoule pourtant depuis 250 ans

 

Améliorée par le clan Dakin, la recette du gin fit un pas avant quand ils décidèrent d’introduire des cuivres dans leur manufacture. Cette amélioration donna un avantage certain sur la concurrence et le Warrington gin s’installa comme la figure de proue du gin d’Europe.

 

 

Mais il faudra attendre la moitié du XXe siècle pour que naisse le Bombay Original. Allan Subin, importateur de whisky américain premium, cherchait un gin pur et traditionnel qui s’allie à merveille au Martini (un des cocktails stars de l’époque). Inspiré par la recette de Thomas Dakin, il crée alors la Bombay Spirit Company. Il choisit l’image de la reine Victoria pour couvrir la bouteille, un hommage à l’époque où elle était impératrice des Indes, et le nom exotique de Bombay.

 

Le Bombay Original était né

 

Dans les années 1980, les nouvelles génération délaissent le gin au profit de la vodka. C’est la crise.

Michel Roux, importateur de Bombay Original aux USA a alors l’idée de modifier la recette et le design de la bouteille pour relancer la machine ! Après 2 années de recherche, il ajoute deux nouveaux ingrédients (les graines de Paradis et les baies de Cubèbe) à la recette originale, introduisant plus de douceur et de rondeurs.

 

 

Côté packaging, le design est revu et la petite bouteille bleue apparaît sur nos étagères. Michel Roux adopte le suffixe « Sapphire » (l’Inde est réputée pour sa richesse en pierres précieuses) et pare la bouteille d’un film bleu. L’Inde et les différentes régions du monde associées aux plantes aromatiques entrant dans sa composition sont mises à l’honneur sur ce flacon d’un bleu profond.

 

« Star of Bombay », saphir de 182 carats,  aurait inspiré la marque

 

Le succès est immédiat puisque la transformation du nom suggère le désir du lointain et davantage d’exotisme.

Aujourd’hui encore, Bombay Sapphire est la seule marque de spiritueux au monde à avoir le privilège de mettre en vedette l’image de la monarchie anglaise sur son emballage. On vous l’avait dit, l’histoire est belle.

 

Bombay Sapphire a inventé le gin moderne

 

Maintenant que le décor est posé, intéressons nous au produit en lui même.

Grâce à ses dix épices, Bombay Sapphire propose un véritable tour du monde des saveurs. En effet, sa préparation fait intervenir des extraits d’amande, d’écorce d’orange, de réglisse, de genièvre, d’iris, d’angélique, de coriandre, de cannelle, de cubèbe et de maniguette. Imaginez l’explosion de sens avec une seule gorgée.

On peut bien sur le consommer en Gin Tonic ou Gin Fizz mais le Bombay Sapphire s’apprécie mieux en cocktail.

 

 

Facile à travailler en cocktails, le Bombay Sapphire s’est imposé rapidement dans les bars les plus prestigieux du monde. Du classique Bombay Tonic au plus sophistiqué Sapphire-Martini, à vous de choisir comment vous le dégusterez !

Côté chiffres, Bombay Sapphire est actuellement la première marque mondiale sur le segment des gins premium (54% des PDM au niveau mondial en 2015). En France c’est encore mieux puisque la marque représente 77% des PDM de la catégorie Gin Premium, un quasi monopole !

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.