Browsing Tag

#DONTCRACKUNDERPRESSURE

Lifestyle

Dans les coulisses du Bol D’or avec TAG Heuer !

13 octobre 2017

Il y a quelques semaines, j’ai eu l’énorme privilège d’avoir été invité par la célèbre maison horlogère Suisse TAG Heuer à suivre la mythique course du Bol d’Or ! Visite des paddocks, course de nuit, rencontre avec les pilotes, survol en hélico, podium… Vous me suivez toujours ?

 

 

Et oui, tout le monde ne connait pas forcément énormément l’univers « moto » (moi par exemple) et encore moins le Bol D’or. Pour caricaturer, le Bol D’or c’est la version moto des 24 Heures du Mans : c’est à dire une course d’endurance qui se dispute de jour comme de nuit pendant 24h et par équipe de trois.

 

 

Mais pourquoi cette course est-elle mythique ? Retour en 1922, la plus ancienne course de 24h du monde vient de naître à Saint-Germain-en-Laye (sur un circuit en terre battue). Depuis, cette course est devenue une étape du championnat du monde d’endurance moto et une référence dans le monde de la moto.

Dans les années 70, la course se déplace sur le circuit du Castellet, de Magny-Cours (ex-F1) ou encore celui du Mans (mais plus depuis 1977). Et depuis 3 ans, c’est le circuit du Castellet (ou Paul Ricard pour les intimes) qui accueille cette course pour le plus grand bonheur des sudistes. Quand aux victoires, elles sont très bleue-blanc-rouge, puisque des équipages Français ont raflé les 9 dernières éditions (avec Suzuki ou Kawasaki).

 

 

Depuis un certain temps, TAG Heuer investit beaucoup les sports auto et moto (FIA EWC, F1…) devenant au fil des années l’un des partenaires majeurs des grands exploits sportifs. Je vous rappelle tout de même, que l’on retrouvait déjà TAG Heuer aux côtés de Fangio dans les années 30… Mais ce n’est pas tout, que ce soit sur les courts de tennis en passant par le foot et les terrains de golf, la marque s’expose comme un allié de choix pour de nombreux événements et athlètes.

Comme une évidence, la vitesse, l’endurance et la précision que l’on peut attribuer au Bol D’or se greffent parfaitement à l’ADN de TAG Heuer. Et ce n’est pas qu’une histoire de sponsoring puisque TAG Heuer s’implique énormément dans cette course. Mais revenons à nos moutons…

 

 

 

 

Arrivé sur la Pit Lane, on flâne dans les Paddocks à la rencontre des pilotes et de leurs bolides, la tension est à son comble. 30 minutes avant le départ, les mécaniciens s’agitent, les pilotes tentent de se concentrer et nous déambulons pour prendre des photos… On ressent davantage l’effervescence juste avant le départ de la course, où nous avons le privilège d’être placé juste à côté de la piste (sur la voie de sécurité).

 

 

Pour ne rien manquer, TAG Heuer nous a proposé un programme dantesque… Explication ! Après un détour à l’hôtel, nous prenons le chemin des voies de sécurité pour apprécier la course de nuit. Et je dois vous avouer que voir ces pilotes s’affronter à plus de 300 km/h de nuit ajoute encore plus d’adrénaline à la course. Installé sur les principaux virages du circuit, on est scotché par le bruit et les phares des motos, d’autant plus que la visibilité est nettement plus réduite.

 

 

Dimanche matin, on retourne sur le circuit (aussi bien sur la Pit Lane que dans les loges) pour apprécier, par exemple, la vitesse d’exécution des mécaniciens lors des ravitaillements. La course bat son plein et les pépins mécaniques ont contraint presque 1/3 des équipes d’abandonner.

 

 

 

 

Et pour prendre un peu de hauteur, nous avons eu la chance d’admirer le circuit Paul Ricard depuis le ciel ou nous apercevons aussi bien les motos… que Bandol au loin à l’horizon ! Un moment privilégié qui nous permet de constater la beauté du circuit et vivre la course de manière unique.

 

 

 

Ensuite, s’est tous dirigés vers la Direction de course : salle sombre, tension palpable, commissaires de courses très concentrés… Toutes les décisions importantes sont prises ici (pénalisation, safety car, intervention des secours) : et c’est plutôt impressionnant !

 

 

 

 

D’une pierre deux coups, on enchaîne avec l’équipe du time keeping qui est chargée du chronométrage de la course. TAG Heuer est évidemment omniprésent dans cette salle, où l’on retrouve 3 technologies différentes. L’équipe du time keeping a un rôle majeur puisqu’ils sont garants des chronos et des positions finales. Tout est drivé par un transpondeur (petit boitier placé sur chaque moto) qui permet de garantir un chronométrage très précis (cela se joue parfois à quelques centièmes de seconde près).

A l’image d’IBM pour Roland Garros, TAG Heuer devient beaucoup plus qu’un sponsor.

 

 

14h passé, la course se termine et on assiste à une beau duel pour la 3ème place. La Yamaha n°94 triomphe puis arrose de champagne le podium et la foule qui s’est amassé pour célébrer.

Cette 81ème édition du Bol d’Or se clôture et on salue l’investissement de TAG Heuer pour faire de cette course une réussite.

Le story-telling est réussi, la signature #dontcrackunderpressure colle parfaitement à l’événement : un grand bravo aux équipes !